La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    31 145,19
    +1 255,00 (+4,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Une IA prend les commandes d’un avion espion de l’US Air Force

Edward Back, Journaliste hi-tech
·1 min de lecture

L’intelligence artificielle n’est plus cantonnée aux drones. Pour la première fois, un avion de l’US Air Force a décollé avec une IA à bord. Baptisée Artuµ, elle a joué le rôle de copilote, aux côtés d’un pilote humain. Son nom est une référence à R2-D2, le célèbre robot des films Star Wars et copilote de Luke Skywalker.

Artuµ est basé sur l’intelligence artificielle µZero, une IA développée pour les jeux et capable de battre les humains aux échecs, au jeu de go, ainsi qu’à certains jeux vidéo, en s’entraînant sans connaissances préalables. Ici, Artuµ était aux commandes du radar d’un avion espion U-2 Dragon Lady, après s’être entraîné sur plus d’un demi-million de simulations.

Une IA conçue pour travailler en équipe avec un pilote humain

Dans une mission contre un autre ordinateur, Artuµ était en charge de trouver les lanceurs ennemis, tandis que le pilote humain devait repérer les avions hostiles. Les deux ont dû travailler en équipe et partager le radar mais c’est bien l’IA qui était aux commandes du système et qui avait le dernier mot sur son utilisation.

« Nous savons que, pour combattre et gagner dans un conflit futur avec un adversaire de même niveau, nous devons avoir un avantage numérique décisif », a indiqué Charles Brown Jr., chef d'état-major de l'US Air Force. L’objectif n’est pas de remplacer le pilote humain dans un futur proche mais de travailler en équipe. Une IA peut être assez facilement dupée par les tactiques ennemies, et des contremesures seront très certainement développées en ce sens.

> Lire la suite sur Futura