Publicité
La bourse ferme dans 5 h 38 min
  • CAC 40

    7 621,05
    +50,85 (+0,67 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 920,06
    +34,61 (+0,71 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0731
    -0,0017 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    2 347,50
    +0,60 (+0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 243,49
    +553,49 (+0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 366,05
    -16,61 (-1,20 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,42
    -0,15 (-0,18 %)
     
  • DAX

    18 176,85
    +108,94 (+0,60 %)
     
  • FTSE 100

    8 222,25
    +17,14 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    -0,0016 (-0,12 %)
     

Les IA dans la musique inquiètent Sting

Sting avertit sur l’utilisation des intelligences artificielles dans la musique
Sting avertit sur l’utilisation des intelligences artificielles dans la musique

TECHNOLOGIES - « La musique nous appartient, à nous les humains. » Alors que le débat fait rage depuis des mois, Sting s’est exprimé sur la place des intelligences artificielles dans l’industrie musicale, dans une interview accordée à BBC News et publiée ce jeudi 18 mai.

Il faut dire que depuis le début de l’année 2023, l’utilisation de ces outils se multiplie, et provoque parfois d’impressionnants succès. Comme lorsqu’une chanson générée par IA est devenue virale, après avoir imité une collaboration entre Drake et The Weeknd.

« Ça va être le combat auquel nous devrons tous prendre part dans les prochaines années : défendre notre capital humain contre l’IA » explique Sting. En effet, l’usage de ces technologies n’est pas encore contrôlé dans le monde de la musique, ce qui soulève d’importants questionnements juridiques et éthiques.

PUBLICITÉ

Universal Music Group, le label de Sting, mais aussi de Drake et The Weeknd s’était expliqué sur le sujet en avril dans un email partagé par le Financial Times. « Nous avons une responsabilité morale et commerciale envers nos artistes de travailler pour empêcher l’utilisation non autorisée de leur musique, et pour empêcher les plateformes d’ingérer du contenu qui viole les droits des artistes et autres créateurs. » Mais cette déclaration n’a évidemment pas empêché la multiplication des recours aux intelligences artificielles.

Un outil dont « il faut rester méfiant »

Et ce n’est pas la quantité des musiques ainsi produites qui dérange Sting, mais plutôt leur qualité, a-t-il expliqué. « C’est la même chose que quand je regarde un film avec des images générées par ordinateur : ça ne m’impressionne pas du tout et ça m’ennuie. J’imagine que je ressentirais la même chose avec de la musique faite par IA. »

Pour lui, l’intelligence artificielle ne fait donc pas le poids face à la créativité humaine. Il temporise tout de même ces mots en expliquant que « cela pourrait peut-être marcher pour les musiques électroniques de danse. Mais pour les chansons où l’on exprime des émotions, ça ne m’émouvra pas. »

Un point de vue que ne partagent pas tous les musiciens. C’est le cas de Grimes, chanteuse et ex-compagne d’Elon Musk, qui considère que « c’est cool d’être fusionnée avec une machine ». Ou bien encore l’avis moins extrême de Neil Tennant, du duo Pet Shop Boys, qui disait au micro de Times Radio que l’intelligence artificielle pouvait être un bon outil d’aide à la rédaction de textes. En réaction, Sting conclut pourtant, dans une nouvelle mise en garde, que « les outils peuvent être utiles, mais que l’on doit les contrôler. On ne doit pas laisser les machines prendre le dessus. Il faut rester méfiant. »

À voir également sur Le HuffPost :

ChatGPT : même le patron d’OpenAI, qui a créé l’interface, demande aux gouvernements d’intervenir

Même Geoffrey Hinton, à l’origine de la technologie servant à ChatGPT regrette son invention