La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 152,01
    +239,57 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 102,55
    -25,50 (-0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,87 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0172
    +0,0007 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    19 830,52
    -210,34 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    23 530,54
    -326,75 (-1,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    569,15
    -2,76 (-0,48 %)
     
  • S&P 500

    4 305,20
    +8,06 (+0,19 %)
     

Cette IA a écrit un article scientifique sur elle-même et il va être publié !

Pourra-t-on bientôt voir le nom d'intelligences artificielles en haut d'une publication scientifique, dans les auteurs ? Des chercheurs se posent de plus en plus la question. En particulier par rapport à une IA spécialisée dans le langage, appelée GPT-3, qui fonctionne par l'apprentissage automatique, ou machine learning. Développée par la société OpenAI qui a été fondée entre autres par Elon Musk, elle appartient à la catégorie des « IA de génération », ou generative models, en anglais. Elle utilise une base de données en entrée pour créer de nouveaux points en sortie, cohérents avec cette base. Jusqu'ici, elle est parvenue à tenir des conversations écrites, faire des recommandations de films ou de livres, rédiger des articles de presse ou des mails de pishing, et même imiter des styles d'auteurs, plus précisément à écrire ce que l'on appelle des pastiches.

Écrire un article scientifique sur soi-même pour une IA, ça pose des questions !

Mais deux chercheurs de la société OpenIA, Almira Osmanovic Thunström et Steinn Steingrimsson, ont décidé de pousser le bouchon un peu plus loin, en lui demandant cette fois d'écrire un article universitaire scientifique court, de 500 mots. Jusque-là rien d'extraordinaire, car elle a été créée dans ce but, l'utilisation de données pour générer du contenu. Si ce n'est qu'ils lui ont cette fois-ci fait rédiger un article sur elle-même ! Comme ils le précisent dans une publication du Scientific American, « l'algorithme GPT-3 est relativement nouveau et, à ce titre, il existe moins d'études à ce sujet. » Le but était donc de faire écrire un article à cette IA sans qu'elle ne dispose d'une grande base de données, le tout en fournissant, comme pour tout bon article scientifique, des références et des citations. Et le résultat était là, « cela ressemblait, note A.O. Thunström, à toute autre introduction à une assez bonne publication scientifique. »

Intitulé « GPT-3 peut-il écrire un article académique sur lui-même, avec une contribution...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles