La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 000,53
    +207,86 (+0,60 %)
     
  • Nasdaq

    14 868,35
    +87,82 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    27 728,12
    +144,04 (+0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1846
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    26 204,69
    -221,86 (-0,84 %)
     
  • BTC-EUR

    32 823,44
    -621,83 (-1,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    974,42
    -1,48 (-0,15 %)
     
  • S&P 500

    4 421,14
    +18,48 (+0,42 %)
     

Hyperloop : après les passagers, le transport de marchandises à plus de 600 km/h

·2 min de lecture

Dans la course au train à très haute vitesse, Hyperloop TT (Hyperloop Transportation Technologies) veut montrer sa différence. À côté des trains de voyageurs filant à plus de 1.000 km/h dans un tube sous faible pression, la société a présenté début juillet un concept de transport de fret « avec une vitesse équivalente à celle de l’avion mais au coût du train ». Le projet, baptisé HyperPort, permettra d’acheminer jusqu’à 2.800 conteneurs par jour à une vitesse de 600 km/h. De quoi assurer une livraison « en quelques minutes au lieu de plusieurs heures », et tout cela avec une empreinte carbone nulle, selon Hyperloop TT.

Déplacer les ports à l’intérieur des terres

La société se pose surtout en concurrente au trafic maritime, en expliquant vouloir « déplacer les ports à l’intérieur des terres ». « En utilisant la même technologie que nos systèmes passagers, l'HyperPort pérennise les chaînes d'approvisionnement et libère des espaces en bord de mer qui seraient autrement utilisés pour les ports de transport maritime », assure Andres De Leon, P.-D.G. d'HyperloopTT. Et de vanter les nombreux autres avantages de son concept : pas d’aléas climatiques (le train voyageant dans un tube fermé), pas de croisement (et donc de risque d’accident) et moins de pollution en bord de mer.

L’HyperPort pourra transporter 2.800 conteneurs par jour à plus de 600 km/h. © Hyperloop TT

Conçu en partenariat avec l'entreprise allemande Hamburger Hafen und Logistik AG (HHLA) et la firme espagnole d'ingénierie CT Ingenieros, le projet sera présenté en réalité virtuelle au prochain Congrès mondial sur les systèmes de transport intelligents (ITS) qui se tiendra à Hambourg en octobre prochain. Bien qu’il cumule déjà 20.000 heures d’études, le projet HyperPort est pourtant loin d’être opérationnel. En 2019, l’entreprise a construit près de Toulouse un tunnel d’essai de 320 mètres, mais le projet de construction d’une piste d’essai d'un kilomètre a pris du retard, notamment en raison de contraintes...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles