Marchés français ouverture 1 h 32 min
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,80 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    26 893,96
    +154,93 (+0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,0593
    +0,0031 (+0,30 %)
     
  • HANG SENG

    20 338,70
    -378,54 (-1,83 %)
     
  • BTC-EUR

    28 483,52
    +572,87 (+2,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    674,06
    +0,69 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     

Hydrogène: le développement des transports à pile à combustible avance à vitesse variable

HORS-SERIE - D'un type de transport à l'autre, le développement des véhicules à pile à combustible peut être très différent. Si l'aérien et le maritime en sont encore à leurs balbutiements, le ferroviaire a déjà pris de l'avance. Du côté des voitures et des camions, la commercialisation aussi s'accélère. Quelques exemples parmi les plus prometteurs.

Marine. Une poignée de navires prêts à réduire leurs émissions

L'Organisation maritime internationale s'est donné pour objectif de réduire les émissions de CO2 d'au moins 40% d'ici à 2030 et 50% d'ici à 2050 par rapport à 2008. L'adoption de l'hydrogène comme carburant pour le transport par mer en est encore à ses balbutiements. Pour le moment, on ne compte que quelques navires, construits pour démontrer la faisabilité du concept.

En France, l'entrepreneur Victorien Erussard, qui a créé , testé avec succès lors de longs périples en 2017-2018, travaille aujourd'hui sur Energy Observer 2, qui sera un cargo. Il mesurera 120 mètres de longueur pour 22 mètres de largeur et pourra transporter jusqu'à 5.000 tonnes de marchandises, soit l'équivalent de 240 conteneurs. Equipé de piles à combustible d'une puissance totale de 2,5 MW et d'un moteur électrique de 4 MW, il pourra voguer jusqu'à 12 nœuds en vitesse commerciale. Pour assurer cette traction, il transportera dans ses réservoirs cryogéniques jusqu'à 70 tonnes d'hydrogène, ce qui est suffisant pour une autonomie de 4.000 miles nautiques (l'équivalent de 7.400 kilomètres). L'Energy Observer 2 devrait être prêt à prendre le large en 2025.

L'autre pays en avance sur les bateaux à hydrogène est la Norvège. La société Rem Offshore y déploie deux navires techniques destinés à l'inspection et à la maintenance d'éoliennes offshore. Le premier, Rem Inspector, est déployé sur le parc éolien de DanTysk, en Allemagne, tandis que le tout nouveau Rem Energy, livré fin 2021, sera déployé dans la baie de Saint-Brieuc, où la construction d'un parc éolien s'échelonnera jusqu'à la fin de l'année. Mesurant 90 mètres de long et 20 mètres de large, ce dernier bateau peut accueillir jusqu'à 24 membres d'équipage et 75 techniciens de service offshore.

Le train Coradia iLint d'Alstom, sur les rails depuis quatre ans

Présenté au salon InnoTrans en 2016, le train Coradia iLint, conçu par Alstom, est entré en service commercial en Allemagne en 20[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles