La bourse ferme dans 2 h 49 min
  • CAC 40

    7 207,08
    +87,25 (+1,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 260,99
    +51,84 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    33 949,01
    -207,68 (-0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,0779
    +0,0061 (+0,57 %)
     
  • Gold future

    1 893,10
    +2,40 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    21 127,37
    -491,69 (-2,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,75
    -12,14 (-2,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,88
    -0,59 (-0,75 %)
     
  • DAX

    15 595,31
    +183,26 (+1,19 %)
     
  • FTSE 100

    7 940,86
    +55,69 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    11 910,52
    -203,27 (-1,68 %)
     
  • S&P 500

    4 117,86
    -46,14 (-1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,35
    -22,11 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    21 624,36
    +340,84 (+1,60 %)
     
  • GBP/USD

    1,2170
    +0,0100 (+0,83 %)
     

Hydrogène: après plusieurs faux départs, est-ce l'année du succès?

© Illustration The Economist

2023, Le monde qui vient (21/53). Les investisseurs ont déjà cru par le passé à l'hydrogène, ce gaz non toxique mais inflammable sur le marché de l'énergie. Ils ont été déçus. Va-t-il en être autrement cette fois-ci?

A Brisbane, les buveurs de sodas pourraient aider à combattre le réchauffement climatique: fin 2023, les véhicules de livraison de ces boissons sucrées ne devraient plus émettre des nuages de gaz à effet de serre. PepsiCo Australia, la filiale locale du plus gros fournisseur mondial de snacks et de boissons, testera un camion mû non par un moteur diesel polluant mais par des piles à combustible, qui convertissent l'hydrogène en électricité en n'émettant que de la vapeur d'eau.

Les champions de cette technologie constatent avec enthousiasme qu'un faisceau de tendances géopolitiques et énergétiques braque de nouveau les projecteurs sur l'hydrogène. Ce carburant propre, produit à partir de différentes sources d'énergie primaire, a pourtant déjà pris plusieurs faux départs. Il y a vingt ans, les fabricants de voitures européens et japonais ont gaspillé des milliards à la poursuite du rêve de la voiture dotée de piles à combustible. Aujourd'hui, gouvernements et investisseurs pensent qu'il en ira autrement.

L'hydrogène pourrait remplacer les combustibles fossiles dans les industries lourdes comme la sidérurgie ou la production de ciment. Cela contribuerait à réduire les émissions - et pourrait améliorer la sécurité énergétique en réduisant la dépendance à l'égard du gaz naturel, dont le prix a explosé à la suite de l'invasion de l'Ukraine. Les écologistes apprécient tout particulièrement le fait que l'hydrogène "vert" puisse être produit à partir d'énergies renouvelables dans des électrolyseurs - machines qui utilisent l'électricité pour décomposer l'eau en oxygène et hydrogène. Cela a déclenché une ruée mondiale pour leur production, avec environ 600 projets dans les cartons, dont la moitié en Europe. Les super majors du pétrole apprécient elles aussi l'hydrogène, parce que l'hydrogène "bleu" peut être produit de façon relativement propre à partir de gaz naturel - si les fuites de méthane sont minimisées et que les émissions de carbone résultant du processus sont captur[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi