La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 049,10
    -151,57 (-0,44 %)
     
  • Nasdaq

    13 892,75
    -159,59 (-1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2039
    +0,0059 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 033,18
    -374,48 (-0,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 250,88
    -48,07 (-3,70 %)
     
  • S&P 500

    4 158,82
    -26,65 (-0,64 %)
     

"Hyène folle": pourquoi l’ambassadeur de Chine ressort une insulte stalinienne contre un chercheur français

·2 min de lecture

L'ambassade de Chine en France s'attaque depuis plusieurs jours à un chercheur français en l'invectivant tour à tour sur les réseaux sociaux de "petite frappe" ou encore de "troll idéologique". Plus intéressant -et symptomatique- est le recours à une comparaison qui a ses lettres sinon de noblesse, en tout cas d’histoire, dans l’arrogance totalitaire: "hyène folle".

Le ministère des Affaires Etrangères français a donc "recadré" qui avait franchi la ligne… rouge! Ce dernier, surnommé "le Loup combattant " car chef de meute d’une nouvelle génération de diplomates aux dents longues, avait tenté d’intimider des parlementaires qui voulaient se rendre à Taïwan et insulté un chercheur français renommé, . La Direction Asie du Quai d'Orsay a signifié à son "Excellence" qu’il avait "franchi les limites communément admises pour une ambassade" et que ses invectives "étaient inacceptables". La légende du Quai d’Orsay voudrait que le "canis lupus" chinois ait "blanchi" sous la réprimande. Mais peut-on y accorder crédit quand on songe aux insultes qui avaient été lancées à notre sinologue?

Passons sur "petite frappe" ou même "troll idéologique", expressions qui veulent se donner un vernis de modernité. Le plus intéressant, le plus symptomatique, fut le recours à une comparaison qui a ses lettres sinon de noblesse, en tout cas d’histoire, dans l’arrogance totalitaire: "Hyène"! "Hyène folle" plus précisément…

On notera d’abord que ce diplomate n’a pas qualifié ce chercheur indépendant de "pangolin", ce qui n’aurait pas été très habile en période de Covid-19. Mais dans le bestiaire du repoussant-disqualifiant-communiste, la hyène a toujours eu un statut privilégié. On se souvient ainsi que sous Staline, Jean-Paul Sartre avait été traité de "hyène dactylographe" par le chef de la délégation soviétique lors d’un congrès d’intellectuels en Pologne portant sur "la libre circulation des idées". Pour faire bon poids de "néantisation" et d’exclusion, le commissaire politique qui dénonçait alors l’existentialisme sartrien, et la concurrence ind[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi