La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 325,28
    -99,21 (-0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Le Huuver, ce drone qui se prend pour un char !

L’un des points faibles des drones est leur autonomie. Maintenir l’appareil en l’air consomme beaucoup d’énergie, et augmenter la capacité de la batterie l’alourdit et ajoute au final assez peu de temps de vol. Le Huuver tente de résoudre ce problème grâce à sa capacité de se déplacer également au sol.

Il s’agit d’un projet international avec la participation d’organismes de la Pologne, de l’Autriche, de la Finlande, de la République tchèque, et de l’Espagne. Le drone hybride est doté de chenilles, placées autour des rotors. Ainsi, l’appareil n’a pas besoin de se transformer, il se pose directement sur les chenilles. Cela lui donne la capacité de se mouvoir sur les sols accidentés comme un char.

Regardez ce drone hybride voler puis se poser et se déplacer comme un char. © Huuver Project

Une autonomie multipliée par 30 au sol

Le Huuver pèse au total 23 kilogrammes, et mesure 1,37 mètre de long. Basculer entre ses deux modes de locomotion lui permet de multiplier son autonomie par 30. Il passe ainsi d’un temps de vol d’environ 20 minutes à jusqu’à dix heures au sol. Le drone est aussi équipé d’une caméra optique Sony 4K, d’une caméra thermique FLIR, d’un système de positionnement Galileo et du Lidar. Il peut ainsi être télécommandé grâce à une application mobile ou programmé pour un vol autonome.

Ce drone hybride se destine d’abord à des utilisations professionnelles comme des opérations de secours, des missions de surveillance et de patrouille, ou encore des usages industriels. Les équipes ont indiqué avoir démarré la phase de commercialisation, après avoir terminé la phase de recherche et développement. Cependant, ils n’ont pas encore donné d’informations sur le prix et la date de lancement.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura