Publicité
Marchés français ouverture 5 h 38 min
  • Dow Jones

    39 065,26
    -605,78 (-1,53 %)
     
  • Nasdaq

    16 736,03
    -65,51 (-0,39 %)
     
  • Nikkei 225

    38 588,00
    -515,22 (-1,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,0815
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    0,00 (0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 558,52
    -1 581,86 (-2,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 469,16
    -33,50 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    5 267,84
    -39,17 (-0,74 %)
     

Huit pays européens évoquent l’avenir de la voiture à moteur thermique

L'Allemagne croit encore en l'avenir du moteur thermique à condition qu'il soit alimenté avec un carburant de synthèse produit à partir d'énergie renouvelable.   - Credit:STEFAN HOHLOCH  FOTOGRAF STUTTG
L'Allemagne croit encore en l'avenir du moteur thermique à condition qu'il soit alimenté avec un carburant de synthèse produit à partir d'énergie renouvelable. - Credit:STEFAN HOHLOCH FOTOGRAF STUTTG

Les pays européens accueillant sur leur sol de nombreux emplois liés à l'industrie automobile n'ont pas dit leur dernier mot s'agissant de la fin programmée du moteur thermique. Les ministres de plusieurs de ces pays européens inquiets du projet de norme automobile antipollution Euro 7 présenté par Bruxelles, en cours de négociations et très contestée par l'industrie, se sont réunis au Parlement européen à Strasbourg à l'initiative de la République tchèque.

La norme Euro 7 en ligne de mire

Les ministres des Transports de huit pays – Allemagne, République tchèque, Pologne, Italie, Slovaquie, Roumanie, Portugal et Hongrie – ont participé physiquement ou en visioconférence à cette réunion, a précisé le ministre tchèque Martin Kupka, au cours d'un point de presse. « Nous nous opposons à la proposition (de norme automobile antipollution) à cause de ses conséquences négatives pour l'industrie et nous demandons à la Commission de la modifier », a-t-il déclaré. « Cette proposition est irréaliste et contreproductive », a-t-il soutenu, précisant avoir exposé ses arguments au commissaire européen à l'Industrie Thierry Breton. La proposition est farouchement rejetée par les constructeurs. Selon eux, la norme Euro 7 proposée entraînerait un fort renchérissement des prix des véhicules, au risque de plomber encore davantage un marché européen déjà mal en point.

Karima Delli s'insurge

La présidente de la commission Transports du Parlement, Karima Delli, a, elle, dénoncé un [...] Lire la suite