Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0742
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 670,73
    -1 319,54 (-2,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 326,52
    -62,88 (-4,53 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

HPI : "On s’est dit que ça pouvait être too much !"... Le réalisateur décortique l'épisode complètement fou de ce soir (TF1)

© MANUELLE TOUSSAINT / SEPTEMBRE PRODUCTIONS / ITINERAIRE PRODUCTIONS / UGC / TF1

Vampirique !

Une étudiante a été retrouvée morte au milieu d’un amphithéâtre d’université. L’enquête prend une tournure inattendue lorsque tous les indices amènent à penser que la victime était un vampire… Voilà le point de départ de ce sixième épisode de la saison 3, placé sous le signe de la guerre des sexes. Exceptionnellement, Morgane (Audrey Fleurot) fait équipe avec Daphné (Bérangère McNeese), espérant résoudre cette étrange affaire avant Karadec (Mehdi Nebbou) et Gilles (Bruno Sanches).

Je t’aime, moi non plus

Comment incarner, de façon comique, la colère de Karadec envers Morgane ? Tel était le défi narratif de cet épisode, comme nous l’explique Alice Chegaray-Breugnot, scénariste et créatrice de la série : « Quand c’est Morgane qui est fâchée contre Karadec, c’est drôle. Parce qu’elle est de mauvaise foi, rancunière… Mais l’inverse est plus difficile à exprimer, car Karadec est un personnage tout en intériorité. Là, ça passe par la compétition filles-garçons, avec Daphné et Gilles qui s’ajoutent dans chaque camp, et Céline (Marie Denarnaud) comme arbitre. »

PUBLICITÉ

À lire également

Marie Denarnaud (HPI) : "Mes parents sont contents de me voir dans une série où je ne me fais pas violer"

Pêle-mêle

En une heure, les téléspectateurs se trouvent tour à tour plongés au Moyen Âge, dans une maison hantée, un jeu vidéo et une hallucination due à de la drogue. « Cet épisode a recueilli les fruits de beaucoup de désirs, il a été gâté ! », précise le réalisateur Djibril Glissant, qui admet même avoir eu quelques doutes… "On n’était pas complètement sûrs. Je vous avoue qu’il y a une petite prise de risque. On s’est dit que ça pouvait être too much ! Je suis curieux d’avoir le retour des téléspectateurs."

Pop culture

Parmi les sources d’inspiration : la série Buffy contre les vampires et le jeu vidéo Street Fighter. « On avait vraiment envie d’aller chercher du côté “méta”, c’est-à-dire de parodier le genre

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi