Publicité

« Une honte », « une défaillance totale » : Attal et Borne en colère contre le rectorat de Versailles

ISA HARSIN

« Une honte », "choquant, « une défaillance »: le ministre de l’Éducation et la Première ministre n’ont pas eu de mots assez durs samedi pour qualifier la teneur d’une lettre du rectorat de Versailles à la famille d’un lycéen de Poissy (Yvelines), qui se plaignait de harcèlement scolaire et qui s’est suicidé cette rentrée.

« Ce courrier est une honte, une honte », a déclaré Gabriel Attal sur le perron de son ministère, après la diffusion par BFMTV d’échanges de courriers entre la famille, le proviseur de son lycée et le rectorat de Versailles au printemps 2023, quelques mois avant le suicide de l’adolescent le 5 septembre.

À lire aussi Gabriel Attal et Thomas Lilti : entre cinéma et salle des profs

Peu avant cette intervention, la Première ministre Élisabeth Borne avait qualifié de « choquant » le ton de la missive envoyée par le rectorat de Versailles le 4 mai dernier aux parents du lycéen.

Mort à l'âge de 15 ans

Le rectorat qualifiait d'« inacceptables » des propos des parents qui auraient « remis en cause » l’attitude des personnels de l’établissement scolaire, selon cette lettre mise en ligne sur le site de BFMTV samedi. Enjoignant aux parents d’adopter une « attitude constructive et respectueuse » à leur égard, le courrier du rectorat leur rappelait par ailleurs les risques pénaux d’une dénonciation calomnieuse.

Pour Élisabeth Borne, « il y a eu manifestement défaillance sur le type de réponse adressé à des parents qui étaient extrêmement inquiets ». « Év...


Lire la suite sur ParisMatch