La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 176,77
    +252,63 (+0,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 697,70
    -3,00 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    40 369,55
    -1 740,61 (-4,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    962,51
    +19,33 (+2,05 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,07
    +2,24 (+3,51 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 751,73
    +28,26 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 797,42
    +28,95 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,79 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3821
    -0,0073 (-0,53 %)
     

La Hongrie rompt les rangs européens et recourt au vaccin russe Spoutnik V

·2 min de lecture

La Hongrie a annoncé vendredi avoir conclu un accord avec Moscou pour acheter de "larges quantité" du vaccin russe contre le Covid-19. Le régulateur hongrois a donné son feu vert à l'utilisation du vaccin mais les autorités sanitaires européennes ne l'ont pas encore approuvé.

Le vaccin russe Spoutnik V n’a pas encore été approuvé par les autorités sanitaires européennes, et pourtant Budapest a conclu un accord pour en acheter de "larges quantités".

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, en visite à Moscou, a fait cette annonce vendredi 22 janvier dans une vidéo postée sur son compte Facebook. "Des détails seront donnés plus tard", a-t-il indiqué.

Cette déclaration intervient alors que le régulateur hongrois a donné son feu vert cette semaine à l'utilisation du vaccin russe, sur fond de critiques de Budapest à l'égard des "lenteurs" du processus d'approbation des vaccins par l'Agence européenne des médicaments (EMA).

"Quelque chose ne tourne pas rond au niveau de l'UE"

Seuls deux vaccins sont actuellement autorisés dans l'UE : Pfizer-BioNTech et Moderna. L'avis sur celui d'AstraZeneca, déjà utilisé au Royaume-Uni, doit intervenir avant la fin du mois.

Le Premier ministre souverainiste Viktor Orban a redit vendredi son impatience, au lendemain d'un sommet des Vingt-Sept par vidéoconférence sur le sujet.

"Nous devrons affronter le fait que quelque chose ne tourne pas rond au niveau de l'UE", a-t-il fustigé à l'occasion de sa traditionnelle interview radiophonique hebdomadaire.

"S'il n'y a pas de vaccin de l'Union, prenons-le ailleurs. Il n'est pas possible que les Hongrois meurent à cause de ça", a ajouté le dirigeant, coutumier des bras de fer avec Bruxelles.

Influence géopolitique

Les autorités russes ont déposé une demande d'enregistrement dans l'UE de Spoutnik V, efficace à plus de 90 % d'après Moscou, mais l'EMA n'a pas encore entamé la procédure d'examen.

S'il s'était attiré des critiques quand il avait été homologué en août 2020, il a depuis été administré à plus de 1,5 million de personnes, selon la Russie, qui en a fait un instrument d'influence géopolitique.

>> À lire aussi : "Covid-19 : l'OMS met en garde contre 'le nationalisme vaccinal'"

"La Hongrie est le premier pays de l'UE à prendre conscience des avantages de Spoutnik V", s'était félicité jeudi dans un communiqué Kirill Dmitriev, le directeur du Fonds souverain russe (RDIF) qui a financé la mise au point du vaccin.

La Hongrie a par ailleurs commandé un million de doses du vaccin chinois Sinopharm et attend le feu vert des inspecteurs hongrois, qui se trouvent actuellement à Pékin.

Avec AFP