La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 236,92
    +337,58 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    15 810,18
    +318,53 (+2,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,92
    -467,70 (-1,63 %)
     
  • EUR/USD

    1,1271
    -0,0048 (-0,43 %)
     
  • HANG SENG

    23 852,24
    -228,28 (-0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    52 047,12
    +3 882,49 (+8,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 469,64
    +40,71 (+2,85 %)
     
  • S&P 500

    4 668,34
    +73,72 (+1,60 %)
     

Hong Kong: 7 manifestants pro-démocrates condamnés pour rassemblement illégal

·1 min de lecture

Sept personnes ont été condamnées ce samedi 16 octobre à des peines allant de six mois à un an de prison. Elles avaient participé à l'organisation de la gigantesque manifestation interdite du 1er juillet 2020, où des centaines de milliers de personnes étaient desendues dans les rues de Hong Kong pour demander plus de démocratie.

Cette fois, la justice hongkongaise n'a pas utilisé la loi sur la sécurité nationale - cette fameuse loi imposée l'an dernier par Pékin. Pour condamner sept manifestants pro-démocratie ce samedi à des peines allant de six mois à une an de prison, le juge s'est servi d'une loi de l'époque coloniale britannique sur les rassemblements illégaux. Elle lui a déjà permis de d'envoyer déjà des dizaines de personnnes en prison.

Et pour casue, « depuis aout 2019, la police ne donne plus d'autorisation de manifestation, souligne Jean-Philippe Béja, directeur de recherche émérite au CNRS, au micro de Christophe Paget, du service International de RFI. Donc chaque manifestation qui a eu lieu en particulier dans la seconde partie de 2019 en plein mouvement contre l'article sur l'extradition, ont été illégales. Cela a été utilisé très largement pour éliminer les dirigeants du front civil des droits de l'homme et aussi une grande partie des démocrates puisque les démocrates appelaient à ces manifestations. »

À lire aussi : Hong Kong: peines de prison pour 9 militants ayant participé à des veillées pour Tiananmen

« Ils ne perdent rien pour attendre »

Selon Jean-Philippe Béja, le gouvernement local veut montrer à son opinion publique qu'il est « en train de rétablir l'ordre à Hong Kong sans avoir besoin de cette loi [sur la sécurité nationale] imposée par Pékin pour pouvoir condamner les fauteurs de trouble. »

Mais les militants pro-démocratie « ne perdent rien pour attendre, avertit le sinologue. Beaucoup d'entre eux sont inculpés en fonction de cette loi [sur la sécurité nationale]. [...] Tous ceux qui ont participé aux primaires organisées par le parti démocrate pour les élections de septembre 2020 sont inculpés de violation de la loi sur la sécurité nationale. Et la peine pour la violation de cette loi, c'est la perpétuité. »

À lire également : Quatre nouvelles arrestations dans les milieux pro-démocratie à Hong Kong

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles