Publicité
Marchés français ouverture 3 h 38 min
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    39 135,91
    +66,23 (+0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0859
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 264,75
    -371,47 (-1,89 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 614,53
    +4 239,95 (+6,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 514,28
    +159,87 (+11,79 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     

Un homme soupçonné d'avoir empoisonné son ex-compagne retrouvé mort en prison

© Getty Images

Soupçonné d’avoir assassiné son ex-compagne en l’empoisonnant au mercure et écroué jeudi 26 janvier, un homme a été retrouvé mort dimanche dans sa cellule, a indiqué le parquet de Paris, confirmant une information d’Actu 17.

Cet homme de 50 ans avait été mis en examen jeudi 26 janvier pour empoisonnement avec préméditation, un crime passible de la perpétuité, et placé en détention provisoire.

Il était soupçonné d’avoir tué son ex-compagne en l’empoisonnant au mercure. Il avait contesté les faits, selon une source proche du dossier.

Une enquête pour rechercher les causes de la mort a été ouverte et les investigations ont été confiées au 3e district de police judiciaire. Selon une source proche du dossier, il s’agit d’un suicide.

PUBLICITÉ

LIRE AUSSI >> Féminicides : de la plainte au procès, le système en question(s)

Le mobile de ce féminicide serait le refus par l’homme de la séparation du couple. Catherine D., entrepreneure de 46 ans résidant dans le nord de la capitale, est décédée le 19 janvier.

Préméditation

Catherine D. aurait commencé à se plaindre à l’automne de violents maux de tête et d’une fatigue accablante, avant d’être hospitalisée mi-octobre, selon le journal Le Parisien.

Alors que les médecins voyaient son état se dégrader, l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière aurait reçu de nombreux messages de son ex-compagnon leur suggérant d’étudier la piste d’une intoxication au mercure.

Cette intoxication aurait finalement été corroborée par une analyse toxicologique, qui l’a datée de plusieurs mois auparavant.

Le signalement des médecins à la justice a déclenché l’ouverture par le parquet de Paris d’une information judiciaire le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi