La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 520,40
    +190,38 (+1,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

Un homme filmé en train de tenter de voler une statue au musée du Louvre

·2 min de lecture

Un homme a été filmé le 22 octobre en train de tenter de voler une oeuvre «pillée» à l'Afrique dans le musée du Louvre. 

Il est venu au Louvre pour «reprendre ce qui a été volé» à l'Afrique. Un homme a été filmé en train de décrocher de son socle une oeuvre datant du XVIIIème siècle et de marcher avec dans les couloirs du musée parisien, rapporte BFMTV. Sur les images, on entend l'homme dire qu'il agit pour reprendre ce qui a «été pillé à l'Afrique (...) au nom de toutes celles et ceux qui ont été violés, massacrés, humiliés et brisés».

Avec la statue dans les bras, il a encore indiqué qu'il «rentre à la maison avec ce patrimoine qui a été volé» face à un salarié du Louvre qui a tenté de faire barrage. Cette tentative de vol s'est déroulée le 22 octobre dernier et une plainte a été déposée.

Une statue indonésienne

Selon «The Art Newspaper», cette statue n'est pas originaire d'Afrique, mais de l'île de Florès qui se situe en Indonésie. Le magazine identifie l'homme comme étant le militant congolais Emery Mwazulu Diyabanza, condamné mercredi 14 octobre dernier à 1 000 euros d'amende pour avoir tenté de s'emparer en juin dernier au musée parisien du quai Branly d'un poteau funéraire d'origine tchadienne.

L'activiste a été relâché et devrait comparaître devant le tribunal le 3 décembre prochain. Il aurait également été interdit de visiter tout musée jusqu'à cette date.


Lire la suite sur Paris Match