Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 449,47
    +299,14 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    17 516,74
    -172,62 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    38 804,65
    +208,18 (+0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,0739
    +0,0041 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    18 027,71
    -0,81 (-0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    55 578,44
    -4 117,00 (-6,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 245,64
    -64,08 (-4,89 %)
     
  • S&P 500

    5 454,11
    -10,51 (-0,19 %)
     

Histoire : révélations sur la Jérusalem éthiopienne

Des églises monolithes auraient été construites au 13e siècle à la demande du roi Lalibela pour en faire un haut lieu du christianisme orthodoxe de l'Éthiopie. Mais de nouvelles fouilles menées dans les déblais des collines alentour permettent aujourd'hui de reconstituer peu à peu l'histoire de ce site bien plus ancien qu'on ne le pensait. Reportage.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°919, daté septembre 2023.

À quelques heures de la messe de Pâques, sous un ciel étoilé, des centaines de pèlerins vêtus de blanc empruntent les ruelles pavées de Lalibela, dans le nord de l'Éthiopie, pour rejoindre l'église Bete Maryam (Sainte-Marie). Il faut assister à l'une des grandes fêtes religieuses comme Genna, le Noël éthiopien, ou Fasika (Pâques), pour saisir l'ampleur de ce que représente Lalibela pour les chrétiens de la région.

Avant même d'arriver sur place, on peut entendre les chants des prêtres ; ils psalmodient en guèze, la langue liturgique de l'Église chrétienne orthodoxe éthiopienne. Pour accéder à l'édifice, on s'engouffre avec les pèlerins dans un tunnel étroit qui débouche sur une vaste cour creusée dans la roche. Au centre : l'église dédiée à la Vierge Marie. Haute de 9,5 mètres ; elle est monolithique à l'instar de toutes celles de Lalibela, taillées dans un seul bloc de pierre. Richement décorées, ses parois éclairées par quelques lampadaires et les bougies des fidèles présentent des fenêtres taillées en différentes croix : grecque, de Saint-André, et même svastika.

PUBLICITÉ

Les guides expliquent aux touristes que cette église fut la première creusée par le roi Lalibela, qui donna son nom à la ville. Dieu aurait demandé à ce souverain du 13e siècle de bâtir sur ce site vierge de toute construction une "nouvelle Jérusalem". Cette histoire est tirée des "Actes du saint roi Lalibela", un texte rédigé pas avant le 14e siècle qui raconte l'histoire de ce roi sanctifié par l'Église chrétienne orthodoxe d'Éthiopie. Selon ces écrits, dix églises auraient été construites sur le site en vingt-trois ans seulement, les anges relayant les ouvriers la nuit pour accélérer le chantier. Une histoire battue en brèche par les découvertes les plus récentes.

Crédit : Bruno Bourgeois

Une équipe de chercheurs français et éthiopiens, travaillant sur le site depuis 2009, a récemment mis au jour une stru[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi