La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 864,99
    -113,09 (-0,33 %)
     
  • Nasdaq

    11 454,46
    -167,25 (-1,44 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0854
    -0,0020 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 327,79
    -648,69 (-2,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,55
    -14,32 (-2,66 %)
     
  • S&P 500

    4 035,42
    -35,14 (-0,86 %)
     

Hieronimus (L'Oréal) : "Pour attirer les jeunes générations, les bons salaires ne suffisent plus"

Challenges

En prélude au Sommet de l'Economie de Challenges, Nicolas Hieronimus, directeur général de L’Oréal livre pour la première fois sa vision des transformations à mener.. mais sans changer de cap.

Challenges - Comment exercer son leadership ?

Nicolas Hieronimus - Le principal défi, c’est d’adapter en permanence l’entreprise dans un monde où les changements, les crises n’ont jamais été aussi intenses, aussi rapides. Je crois donc que dans ce monde mouvant, il faut avoir un leadership ouvert et collectif. Il faut s’appuyer sur des expertises diverses et les profils les plus variés. Bien sûr à un moment le leader doit trancher, arbitrer, fixer un cap, mais il faut savoir écouter, s’entourer de collaborateurs capables de nous contredire, prendre en compte d’autres perceptions.

EvEnementInscrivez-vous au Sommet de l'Economie du 1er décembre

Quel est ce cap ?

Il y a une chose qui ne change pas, c’est l’appétit des consommateurs pour la beauté. Dans une dizaine d’années L’Oréal fera probablement plus de 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires car d’ici à 2030 le marché de la beauté devrait être de 340 milliards d’euros contre 230 aujourd’hui. Donc, sur le long terme, nous avons une vision de croissance concentrée sur le seul métier, la beauté. On ne va pas changer de cap. On va continuer à satisfaire ce désir de beauté avec de l’innovation, de la recherche. En revanche, la façon de le faire va changer.

De quelle manière ?

Il y a trois grandes transformations fondamentales. Un : la transformation environnementale. Il s’agit de décorréler la croissance de L’Oréal de son impact environnemental. Depuis 2005, on a déjà réduit nos émissions carbone de 87% tout en augmentant notre chiffre d’affaires de 37%. Deux : la transformation technologique, - on appelle cela la beauty tech, c’est la suite du digital. Le digital, il y a dix ans, était tourné vers l’externe, c’était le e-commerce. Aujourd’hui, c’est l’utilisation de la data, de l’intelligence artificielle, de la puissance de calcul des serveurs pour mieux comprendre nos consommateurs. La troisième transformation est culturelle : la relation à l’entreprise, au travail qui a été profondément bouleversé par la Covi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi