La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 266,40
    +329,02 (+1,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Le Hezbollah et ses alliés perdent la majorité au Parlement libanais

Le puissant mouvement armé du Hezbollah pro-iranien et ses alliés ont perdu la majorité au Parlement, selon les résultats ce mardi des élections législatives. Le scrutin marque aussi une percée des candidats issus de la contestation populaire de 2019. Mais l'absence d'une majorité peut bloquer encore davantage les prises de décision.

Surprise au Liban ! Le puissant mouvement armé du Hezbollah pro-iranien et ses alliés ont perdu la majorité au Parlement, selon les résultats ce mardi des élections législatives, un scrutin marqué aussi par une percée des candidats issus de la contestation populaire de 2019. Les élections ont eu lieu dimanche dans un pays miné par la pire crise socio-économique de son histoire imputée par une grande partie de la population, des organisations internationales et pays étrangers à la corruption et l'inertie de la classe dirigeante, inchangée depuis des décennies. Les résultats, annoncés par le ministre de l'Intérieur Bassam Mawlawi, montrent que le mouvement chiite et ses alliés politiques n'ont pas obtenu les 65 sièges nécessaires pour conserver une majorité dans l'assemblée. Le bloc dirigé par le Hezbollah avait le soutien d'environ 70 des 128 députés dans le Parlement sortant.

Vers un changement ?

Ce parti et ses alliés --la formation chiite Amal et le parti chrétien du Courant Patriotique Libre du président Michel Aoun-- ont sensiblement gardé le même nombre de sièges que dans l'assemblée sortante. Mais un certain nombre de députés qui ne leur étaient pas affiliés directement mais les soutenaient n'ont pas été réélus. Dans le même temps, les candidats issus de la contestation populaire de 2019, qui réclamait le départ de la classe politique et une refonte totale du système politique basé sur un partage communautaire du pouvoir, ont obtenu au moins 13 sièges au Parlement. D'après des observateurs, ces nouveaux élus pourraient se positionner en faiseurs de roi pour la formation du nouveau gouvernement.

Fait inédit, deux candidats issus de ce même mouvement ont réussi à décrocher au Liban-Sud des sièges qui étaient détenus par les alliés du Hezbollah depuis trois décennies. Les Forces Libanaises, parti chrétien fermement opposé au Hezbollah, a annoncé de son côté avoir obtenu au moins 18 sièges, contre 15 sièges en 2018. Sami Nader, analyste au Levant Institute for Str[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles