La bourse ferme dans 2 h 22 min
  • CAC 40

    6 624,21
    -6,94 (-0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 116,08
    -6,35 (-0,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 196,82
    +322,58 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,1966
    +0,0031 (+0,26 %)
     
  • Gold future

    1 785,90
    +9,20 (+0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    27 710,48
    -854,15 (-2,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    794,36
    +7,75 (+0,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,44
    +0,14 (+0,19 %)
     
  • DAX

    15 572,30
    -16,93 (-0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 137,41
    +27,44 (+0,39 %)
     
  • Nasdaq

    14 369,71
    +97,98 (+0,69 %)
     
  • S&P 500

    4 266,49
    +24,65 (+0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    29 066,18
    +190,95 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    29 288,22
    +405,76 (+1,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3914
    -0,0007 (-0,05 %)
     

Hervé Legros, l'entrepreneur qui veut redorer l'image du logement social

·2 min de lecture

Hervé Legros, 38 ans, promoteur autodidacte, a lancé en 2007, Alila, sa société spécialisée dans l’habitat à prix maîtrisé. Il appelle à une relance et une densification de la construction. Il est l'invité du Club entrepreneurs Challenges - Grant Thornton.

Challenges - Comment vous êtes-vous intéressé au logement?

Hervé Legros - J’ai arrêté l’école à 16 ans après un CAP plomberie, et mon père était conducteur de travaux. Enfant, je rêvais de travailler dans l’immobilier et d’être patron. C’est réussi! Nous nous occupons d’une tranche délaissée par les promoteurs, celle des gens de condition modeste. Plus de 70% des Français sont éligibles au logement social. En ajoutant le logement intermédiaire, le chiffre grimpe à 83%.

Quel est l’état des lieux en matière de logement social?

Un peu plus de 2,5 millions de personnes attendent un logement social en France. Dans les grandes métropoles, il faut compter quatre à huit ans de délai. Notre pays subit une grave crise du logement, car depuis des décennies, on ne construit pas assez. En pleine crise économique, les prix de l’immobilier ont augmenté de 6 à 8%, car la demande est trop forte. A l’aube de la présidentielle, ce sujet doit être porté au plus haut niveau de l’Etat.

Pourquoi ce segment est-il délaissé par les promoteurs?

Beaucoup disent qu’ils ne gagnent pas d’argent avec le logement social. Nous avons su trouver un modèle rentable. Le logement social est notre spécialité. Il pèse plus de 60% de notre chiffre d’affaires –en croissance de 23% l’an dernier, à 754 millions d’euros. Et le locatif intermédiaire, plus de 20%.

Quelle est la force de votre modèle?

Le métier de promoteur s’est trop financiarisé. Nous sommes revenus aux fondamentaux. Nous achetons les terrains, faisons construire en maîtrisant nos coûts et en travaillant avec 250 partenaires de qualité. Nous n’avons aucune dépense marketing et commerciale. Notre structure, de 115 collaborateurs, est très agile. Cela nous permet de vendre des logements de qualité, à prix maîtrisé, aux acteurs du HLM: Action Logement, Vilogia, les offices publics…

Est-ce un modèle low-cost?

J’aime me comparer à Free, pour son agilité. Mais je ne veux pas être associé au low-cost car nous fabriquons des produits haut de gamme. Qu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles