Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 787,94
    +9,84 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    17 855,04
    -1,98 (-0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0738
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 285,54
    -2 099,56 (-3,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 319,44
    -69,96 (-5,04 %)
     
  • S&P 500

    5 481,39
    +8,16 (+0,15 %)
     

Henri-Désiré Landru : 5 choses improbables à savoir sur le premier tueur en série français

Wikimedia commons

Son histoire fascine depuis plus d’un siècle. À l’image de Jack l’Éventreur chez nos voisins d’outre-Manche, Henri-Désiré Landru est devenu un véritable mythe à l'intérieur de nos frontières. Mais loin d’être une légende urbaine, l’homme est en réalité le premier tueur en série recensé dans l’histoire française. Alors que la population doit déjà faire face à l’horreur de la Première Guerre mondiale, une terreur supplémentaire s’installe. Entre 1915 et 1919, de nombreuses femmes disparaissent mystérieusement dans les Yvelines, entre les villes de Vernouillet et de Gambais. C’est d’ailleurs ce qui vaudra au meurtrier son surnom de “Barbe Bleue de Gambais”, ainsi que l’appelait la presse avant que ne soit révélée son identité. En tout, Henri-Désiré Landru fera onze victimes : dix femmes, âgées entre 19 et 55 ans, ainsi que le fils de l’une d’elles, âgé de 17 ans. Ces femmes sont célibataires, veuves ou divorcées, souvent éloignées de leur famille. Le quadragénaire les rencontre par le biais de petites annonces matrimoniales – passées dans les journaux locaux, sous 17 fausses identités – les séduit jusqu’aux fiançailles voire au mariage, avant de voler leurs économies et de les assassiner.

Henri-Désiré Landru sera finalement arrêté le 12 avril 1919, après des mois d’enquête. L’affaire deviendra l’un des faits divers les plus médiatisés du XXe siècle. Son procès, qui s’est tenu en novembre 1921 à Versailles, a des airs de véritable spectacle. Malgré sa condamnation à la peine de mort, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite