La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 320,01
    -83,42 (-0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La hausse des taux d'emprunt des Etats va-t-elle faire éclater la zone euro?

AFP/Archives - Daniel ROLAND

Certains pays européens voient leurs taux d’emprunt augmenter de manière inquiétante à cause des décisions de la Banque centrale européenne de remonter ses taux directeurs. Mais plusieurs solutions sont envisageables pour contenir les écarts entre les taux d’emprunt des Etats.

La dette italienne devient lourde, dangereusement lourde. Le taux des obligations italiennes à 10 ans, des titres de créances de l’Etat italien émis sur les marchés financiers, s’établit désormais à 3,7%, quand il est de 2,2% pour la France et de 1,6% pour l’Allemagne. En clair, l’Italie et la France doivent payer cher pour emprunter après que leurs taux d’emprunt à 10 ans se sont brusquement envolés, respectivement de plus de 0,5 point de pourcentage et 0,4 point entre le 9 juin, date de la dernière conférence de la Banque centrale européenne, et le 14 juin. Des hausses plus fortes que ce que connaît le taux allemand qui, lui, n’a grimpé que de 0,3 point de pourcentage.

La raison de ces hausses? La décision de la BCE de relever ses taux directeurs, qui conditionnent en partie les taux d’emprunt des pays européens, "de 25 points de base" en juillet pour arriver progressivement à 2%. Cette action qui a pour but de freiner l’inflation ne s'est pourtant pas répercuté de la même manière sur les taux d'emprunt d'un pays à l'autre. Et pour cause.


Premièrement, “les marchés ont peur que la hausse des taux ralentisse la croissance de la zone européenne donc cette décision a une forte influence sur les pays qui ont une dette importante”, explique Patrick Artus, économiste et conseiller économique de Natixis. Si la croissance ralentit, le poids de la dette sur PIB augmente mécaniquement. Et comme la France et l’Italie font face à 112,9% et 134,8% d’endettement, une hausse de leur dette pourrait les submerger. En conséquence, leur prime de risque augmente et donc… leur taux d’emprunt respectif.

Mais l'écart croissant entre les taux entre l’Italie et l’Allemagne s'explique aussi par une attractivité des obligations d'Etat différente. ”Si vous faites monter le rendement des dettes sans risque comme celle de l’Allemagne, les obligations d’Etats plu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles