La bourse ferme dans 8 h 26 min
  • CAC 40

    5 797,98
    +18,14 (+0,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 705,99
    +16,89 (+0,46 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2192
    +0,0024 (+0,20 %)
     
  • Gold future

    1 791,20
    -6,70 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    41 438,94
    +67,43 (+0,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 009,27
    +14,61 (+1,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,73
    +0,51 (+0,81 %)
     
  • DAX

    13 976,00
    +111,19 (+0,80 %)
     
  • FTSE 100

    6 658,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 135,53
    +417,29 (+1,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,4151
    +0,0010 (+0,07 %)
     

Hausse des prix, accès au crédit, pénurie de logements : ces bombes à retardement qui menacent les acheteurs

·2 min de lecture

Jusqu’ici, tout va (à peu près) bien. Tel est l’état d’esprit communiqué par la plupart des agents immobiliers en ce début d’année. Pour l’exercice 2020, ils se félicitent ainsi des volumes de transactions restés relativement élevés malgré la crise. La Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) estime ainsi à 980.000 le nombre de transactions réalisées, contre 960.000 à 990.000 selon l’estimateur en ligne Meilleurs Agents, ou 950.000 d’après le réseau Century 21, plus prudent.

Il faudra encore attendre quelques semaines le décompte des notaires pour connaître le chiffre définitif des transactions signées. Néanmoins, dans tous les scénarios, les professionnels estiment avoir “limité la casse”, malgré plusieurs semaines cumulées de confinement. Pour rappel, en 2019, 1.065.000 transactions étaient enregistrées par les notaires. Il s’agissait alors d’une année record pour le marché de l’ancien. “Le bilan est bon. Il serait indécent de se plaindre quand on voit les restaurateurs ou d’autres professions en difficulté”, positivait ainsi le président de Century 21, Laurent Vimont, début janvier.

>> A lire aussi - Immobilier : ces villes moyennes où les prix ne ralentissent pas

Bref, tout irait donc plutôt bien… en apparence. Car derrière ces bons chiffres se cachent plusieurs bombes à retardement. La montée du chômage quasi-certaine, par exemple, en est une. Mais il faut aussi parler de l’exclusion de plus en plus claire d’une partie des ménages modestes de l’accès au crédit et des catastrophes évidentes à venir sur le logement neuf. Et tout cela avant même d’évoquer les prix qui, malgré quelques baisses possibles ici et là, resteront certainement élevés dans la plupart des métropoles... Voici les raisons pour lesquelles le marché immobilier risque de devenir très difficile pour les acheteurs en 2021.

>> Notre guide complet de l’acheteur. Comment financer votre projet immobilier ? Faire son choix entre le neuf et l’ancien ? Une maison ou un appartement ?

En 2020, les prix moyens (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Crédit immobilier : votre assurance emprunteur pèse maintenant plus lourd que vos intérêts… voici comment réduire la facture
Division de copropriété : principe et fonctionnement
Réforme du DPE : 800.000 logements vont basculer en catégorie "passoire thermique"
Immobilier : comment expulser un ami qui ne veut pas quitter le logement que je lui ai prêté ?
Taxe foncière, ravalement de façade, charges de copro…la check-list de ce qu’il vous faut vérifier avant d’acheter