La bourse est fermée

Hausse des actions : vers une reprise de la croissance… ou l’éclatement d’une bulle ?

Ah, qu’il est inconfortable le rôle de l’économiste en période de bulle, déchiré entre son devoir d’impartialité face à des fondamentaux qui ne lui permettent pas de justifier ce qu’il observe du comportement des marchés et le risque de s’obstiner face à une réalité nouvelle qu’il serait incapable de percevoir. “Il arrive que les marchés voient des choses que les économistes n’ont pas les moyens d’anticiper”, lui serine-t-on avec un brin de compassion, au point qu’il se retient même de parler de bulle, tant il est conscient que certains n’hésiteront pas à voir là une manière de reléguer à des dysfonctionnement de marché son incapacité à expliquer un nouveau paradigme supposé.

C’est une caractéristique des périodes de bulles que d’être propices à la naissance d’illusions collectives et à des phénomènes d’auto-persuasion qui finissent par rendre les avertissements de l’économiste inaudibles. Ainsi, la cause semble entendue du côté des économistes de marché aujourd’hui : l’industrie mondiale serait sur la voie d’une reprise. Le secteur manufacturier ayant été la principale source de dégradation de la conjoncture internationale en 2019, ce diagnostic dégagerait l’horizon en faveur d’une amélioration généralisée des perspectives, en phase avec le regain d’optimisme des bourses mondiales de ces dernières semaines.

>> A lire aussi - Taux d’intérêt, pétrole, Bourse… 10 prévisions chocs de Saxo Bank pour 2020

Les craintes de récession évaporées, l’assouplissement récent des politiques monétaires se transforme en un argument supplémentaire de hausse des marchés dopés au QE (l’assouplissement quantitatif : les rachats d’actifs massifs effectués par les banques centrales, NDLR) et à la baisse des taux d’intérêt.

Reconnaissons que, sur ce dernier point, J. Powell n’y va pas avec le dos de la cuiller. Depuis mi-septembre, les déversements de liquidités de la Fed sur le marché interbancaire américain ont fait remonter son bilan de quelques 400 milliards de dollars, à un rythme sans

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'Iran veut "punir" tous les responsables du crash de l’avion d'Ukrainian Airlines
Cancer : traitement de référence en immunothérapie, le Keytruda est désormais accessible aux Français
La séance de Bourse : tout ce qu’il faut savoir aujourd’hui
Un trader vedette de JPMorgan mis à pied pour s’être servi de WhatsApp avec des collègues
Forfait post-stationnement : un dispositif illisible et inefficace selon un rapport