La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 535,51
    +603,14 (+1,95 %)
     
  • Nasdaq

    13 588,83
    +396,48 (+3,01 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2058
    -0,0029 (-0,24 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 699,32
    +2 817,30 (+7,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,82
    +54,59 (+5,88 %)
     
  • S&P 500

    3 901,82
    +90,67 (+2,38 %)
     

Avec le hashtag #MeTooGay, une nouvelle vague de témoignages déferle sur la toile

·1 min de lecture

Depuis quelques années maintenant, la parole se libère sur les questions de violences sexuelles. Récemment, notamment grâce au livre de Camille Kouchner, La familia grande, des milliers d'internautes ont utilisé le hashtag #MeTooInceste pour témoigner de leur histoire. Aujourd'hui, c'est le mouvement #MeTooGay qui apparaît sur Twitter entre autres.

Dans un bus, le soir. L'homme assis à coté de moi me parle. Je le trouve sympathique. Il a 40 ans, moi 17. On arrête de discuter et je regarde le paysage par la fenêtre. Il glisse sa main dans mon short et touche mon sexe. Je suis tétanisé. Il sort à l'arrêt suivant.#MeTooGay

— Le coin des LGBT+ (@lecoindeslgbt) January 22, 2021

Les récits sont glaçants et extrêmement nombreux. Ils ont été motivés par un premier témoignage, accusant une personnalité publique, Maxime Cochard (élu Parti Communiste Français au Conseil de Paris) et son conjoint de viol et d'agression sexuelle, comme le rappelle France Info.

Avec #MeTooInceste et #MeTooGay, la question des violences sexuelles n'est plus seulement l'affaire des femmes. Elle libère aussi la parole des hommes, souvent victimes avant leur majorité des sévices décrits. Au tabou et à la honte s'ajoutent la complexité du coming-out, et le regard de la société sur l'homosexualité, encore stigmatisant, comme l'explique l'auteur d'un ouvrage baptisé "Sociologie de l'homosexualité" au Huffington Post.

Les personnes LGBT, particulièrement exposées aux violences

(...)

Lire la suite sur Topsante.com

Vaccination Covid-19 : la 2e dose peut être espacée à 6 semaines selon la HAS
DIRECT. Covid-19 en France ce 23 janvier : chiffres, annonces
Un vaccin personnalisé contre le cancer, c'est quoi ?
Covid-19 : il se propage plus facilement en parlant qu'en toussant
Covid-19 : le tocilizumab ne serait (finalement) pas efficace chez les patients gravement malades