Marchés français ouverture 8 h 47 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,12 (-0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0079 (-0,6526 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +76,96 (+0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    29 994,36
    +1 019,09 (+3,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Harmony "Anne-Marie" Ilunga, mannequin congolais installée à Hong Kong, lutte contre les canons de beauté asiatiques

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Harmony "Anne-Marie" Ilunga l'a vite réalisé quand elle tentait de percer : rares étaient les mannequins lui ressemblant dans les magazines hongkongais. Alors cette femme noire de 22 ans a choisi de se battre pour casser les clichés dans le monde chinois de la mode.

"J'entrais dans des agences et on me disait qu'ils préféraient des mannequins blancs plutôt que des mannequins noirs", raconte à l'AFP Mme Ilunga, arrivée à Hong Kong en tant que réfugiée en provenance de République démocratique du Congo. "J'avais 17 ans, c'était violent."

On demandait des mannequins "grands, clairs et maigres"

Dans cette ville de 7,5 millions d'habitants, dont 600.000 ne sont pas d'origine chinoise, on demandait des mannequins "grands, clairs et maigres", poursuit-elle. Et cette préférence est aussi vraie en Chine continentale. "J'ai commencé à utiliser des produits pour m'éclaircir la peau et ce tout simplement pour me conformer à la norme", poursuit-elle.

Essuyant refus sur refus, elle décide en 2018 de fonder son agence pour mettre en valeur les mannequins de toutes origines. "La représentation a un tel poids", observe-t-elle, en jugeant cependant que la mode peut être une arme pour changer les mentalités et empêcher (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi