Publicité
Marchés français ouverture 6 h 41 min
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    39 069,68
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0864
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 636,22
    +82,61 (+0,42 %)
     
  • Bitcoin EUR

    66 076,85
    +5 111,58 (+8,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 517,03
    +162,61 (+12,00 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     

Harcèlement scolaire : une plainte déposée contre TikTok, une première en France

Pour la première fois en France, une plainte a été déposée contre le réseau social TikTok.  - Credit:MAGALI COHEN / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Pour la première fois en France, une plainte a été déposée contre le réseau social TikTok. - Credit:MAGALI COHEN / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Pour la première fois en France, une plainte a été déposée contre TikTok. Le vendredi 8 septembre, les parents de Marie, 15 ans, qui s'est suicidée en septembre 2021 à Cassis (Bouches-du-Rhône) après avoir affirmé subir du harcèlement scolaire, ont décidé d'attaquer en justice le réseau social chinois pour « provocation au suicide », « non-assistance à personne en péril » et « propagande ou publicité des moyens de se donner la mort », selon les informations de France Info.

L'adolescente avait mis fin à ses jours le 16 septembre 2021. Elle avait été retrouvée par ses parents, pendue dans sa chambre. Un passage à l'acte précédé par la publication de plusieurs vidéos sur son compte TikTok dans lesquelles elle expliquait son mal-être et son ras-le-bol d'être harcelée en raison de son poids.

L'algorithme TikTok mis en cause

Pour l'avocate des parents de Marie, Me Laure Boutron-Marmion, « TikTok a évidemment sa part de responsabilité dans le passage à l'acte. Les plateformes, les réseaux sociaux jouent un rôle face à un adolescent qui est déjà en extrême fragilité psychologique du fait du harcèlement qu'il subit ».

PUBLICITÉ

À LIRE AUSSI Harcèlement scolaire : « Il faut être capable de sanctionner »

Elle dénonce un « algorithme extrêmement puissant », par lequel « l'adolescente a reçu en masse ces vidéos qui sont sur le même thème et qui ne peuvent que conduire à être encore plus mal ». Selon Laure Boutron-Marmion, il est « incontestable que Marie était mal et qu'elle l'a expr [...] Lire la suite