Publicité
Marchés français ouverture 2 h 37 min
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,86 (-1,24 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,11 (-1,62 %)
     
  • Nikkei 225

    39 113,22
    -410,33 (-1,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0651
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    16 599,34
    -122,35 (-0,73 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 016,29
    +881,23 (+1,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     

Harcèlement scolaire : après le suicide de Lindsay, quatre adolescents mis en examen

Quatre ados ont été mis en examen après le suicide de Lindsay, 13 ans (image d’illustration)
Quatre ados ont été mis en examen après le suicide de Lindsay, 13 ans (image d’illustration)

JUSTICE - Quatre mineurs ont été mis en examen du chef de « harcèlement scolaire ayant conduit au suicide » après le suicide de Lindsay, une adolescente de 13 ans, à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) le 12 mai, a annoncé ce jeudi 25 mai le procureur de Béthune dans un communiqué.

Une personne majeure a été mise en examen pour « menaces de mort », a-t-il ajouté, précisant que les cinq personnes avaient été placées sous contrôle judiciaire conformément aux réquisitions du parquet. Une information judiciaire avait été ouverte le 20 mai des chefs de « harcèlement scolaire » ayant pour « effet une dégradation des conditions de vie altérant la santé et ayant conduit la victime au suicide ».

Une information judiciaire avait été ouverte le 20 mai des chefs de « harcèlement scolaire » ayant pour « effet une dégradation des conditions de vie altérant la santé et ayant conduit la victime au suicide ».

Le collège avait sanctionné

Selon le rectorat de l’académie de Lille, cette élève, Lindsay, était scolarisée en 4e au collège Bracke-Desrousseau de Vendin-le-Vieil. Elle s’est donné la mort le 12 mai en soirée à son domicile.

PUBLICITÉ

Une « première situation de harcèlement » avait été signalée la concernant, « traitée par l’établissement », a précisé le rectorat à l’AFP. Elle avait débouché sur « une commission harcèlement et les sanctions adéquates avaient été prononcées », a-t-il ajouté.

Un élève mis en cause à ce moment-là avait ensuite quitté l’établissement, a-t-il précisé. Une cellule de soutien a été mise en place depuis le 15 mai dans le collège.

« Je pense à Lindsay, sa famille, ses amis. Nous continuons le combat », avait twitté mercredi soir le ministre de l’Éducation Nationale, Pap Ndiaye, à l’occasion de la remise du prix « Non au Harcèlement ».

« Le harcèlement à l’école est un fléau »

« Le harcèlement à l’école est un fléau que nous devons combattre collectivement : pour le bien-être de nos élèves, pour leur sécurité, pour le vivre-ensemble », avait-il ajouté.

Un dispositif de prévention du harcèlement scolaire dans les écoles élémentaires et collèges, le programme pHARe, a été expérimenté à partir de 2019 dans six académies. Il doit achever cette année sa généralisation à toutes les écoles élémentaires et collèges publics.

Selon le ministère, 91 % des collèges et 64 % des écoles sont désormais inscrits dans ce programme. À la demande de Pap Ndiaye, les recteurs devront mobiliser les services académiques et départementaux pour atteindre l’objectif de 100 %.

Par ailleurs, le numéro national de prévention du suicide (31-14) va également « être inscrit dans tous les carnets de correspondance de tous les élèves de collèges et lycées », a précisé Pap Ndiaye. Au bout du fil, des « répondants professionnels, c’est utile ».

À voir également sur Le Huffpost :

Migrants morts dans la Manche : cinq militaires mis en examen en France

Policiers tués dans le Nord : leurs enfants seront pupilles de la Nation, annonce Macron