La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 492,07
    +254,54 (+0,79 %)
     
  • Nasdaq

    11 773,91
    -50,05 (-0,42 %)
     
  • Nikkei 225

    27 476,87
    +91,62 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,0793
    +0,0029 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    19 567,69
    -347,99 (-1,75 %)
     
  • Bitcoin EUR

    25 174,53
    -607,34 (-2,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    590,74
    -16,72 (-2,75 %)
     
  • S&P 500

    3 983,94
    +12,95 (+0,33 %)
     

Harcèlement à l'école : la mère de Marion Fraisse, suicidée à 13 ans, sensibilise les parents aux signaux

FRANCE 2/TELEMATIN

La mort de Lucas remet le dossier du harcèlement scolaire à la lumière. Cet adolescent de 13 ans s'est suicidé à Golbey, dans les Vosges, le 7 janvier 2023. Accablé par ses camarades en raison de son homosexualité, il vivait un calvaire dans son collège Louis-Armand. À bout, il s'était suicidé. Ce drame résonne dans la tête de Nora Fraisse. Il y a 10 ans, c'est elle qui perdait sa fille. Marion Fraisse se suicidait à l'âge de 13 ans, laissant derrière elle une lettre dans laquelle elle racontait ce harcèlement subi à l'école. Dans Télématin, elle alerte les parents sur les signes à surveiller et rappelle que s'il faut prendre conscience du harcèlement subi par son enfant, il faut surtout savoir si son enfant... est un harceleur. "Pour qu'il y ait un enfant harcelé, c'est qu'il y a un harceleur, détaille la militante contre le harcèlement sur France 2, mercredi 1er février 2023. Il faut parler avec eux de la violence, leur demander s'ils ont un comportement inapproprié."

Nora Fraisse explique que le harcèlement est "de la colère transformée en violence". "Des violences répétées, verbales et psychologiques, détaille celle qui a créé l'association Marion Fraisse, la main tendue. Il n'y a pas de profil type, mais ce que l'on sait, c'est que les garçons ont plutôt des excès de violences physiques, des bousculades et des coups. Les filles, ce sont plutôt les violences psychologiques, les mises à l'écart et les rumeurs." Cette mère meurtrie par la mort de sa fille souligne la "banalisation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite