La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 958,63
    +144,37 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,24
    +193,74 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,2124
    +0,0041 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    29 642,28
    +779,51 (+2,70 %)
     
  • BTC-EUR

    30 215,92
    +42,93 (+0,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    723,51
    +8,31 (+1,16 %)
     
  • S&P 500

    3 801,90
    +33,65 (+0,89 %)
     

Harcèlement à Europe 1: les salariés en colère contre la réintégration d’un directeur condamné

·2 min de lecture

Un élu de la CFTC condamné pour harcèlement moral et sexuel a obtenu sa réintégration dans l'entreprise, suscitant l'indignation générale parmi les salariés et la direction, dans l'entreprise et sur les réseaux sociaux.

Près d'une centaine de salariés des radios du groupe (Europe 1, RFM et Virgin) ont organisé un comité d'accueil ce mercredi 16 décembre, devant le siège de leur entreprise dans le 15e arrondissement, pour Kamel A., responsable des jeux de l'antenne, qui a obtenu sa réintégration à son poste après une condamnation pour harcèlement moral et sexuel.

"Nous sommes totalement révoltés que cette personne condamnée et objet d'un licenciement, annulé pour vice de forme, puisse ainsi se présenter dans l'entreprise comme si de rien n'était", s'émeut l'un des manifestants. L'intéressé est syndicaliste, élu du personnel sous la bannière de la CFTC. Il a écopé d'une lourde peine de 10 mois de prison avec sursis devant le tribunal correctionnel de Paris pour harcèlement moral sur trois de ses collègues et harcèlement sexuel sur une quatrième.

Europe 1 dans le mouvement #MeToo et #BalanceTonPorc

Cette affaire avait fait entrer brutalement le pôle radio du groupe Lagardère , il y a deux ans. Plusieurs membres de la direction d', étaient présents à ce mouvement de protestation, dont le directeur de la rédaction. Deux victimes de ce salarié condamné étaient également présentes parmi les manifestants. En raison de son statut protégé, comme membre du CHSCT, le licenciement de Kamel A. avait été soumis à l'approbation de l'inspection du travail. Après maintes péripéties et une période particulièrement pénible pour les victimes de ce salarié, le tribunal administratif a annulé le licenciement. Kamel A. a pu ensuite demander et obtenir sa réintégration.

L'ensemble de l'entreprise, s'est indignée d'une telle réintégration mais n'a pu s'y opposer. La présidente du pôle news de Lagardère, dont dépendent les radios, Constance Benqué, a promis un soutien "total et sans faille" à "toutes les femmes victimes des agissements" de Kamel. A. Il a choisi "de demander sa réintégration" plutôt qu’une "indemnisation via le conseil des prud’hommes […] c’est son droit, mais il n’est pas sans limite", a-t[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi