La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 271,77
    -56,02 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 428,97
    +49,92 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2226
    +0,0070 (+0,57 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    35 556,80
    +217,68 (+0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 218,18
    -34,97 (-2,79 %)
     
  • S&P 500

    4 158,88
    -4,41 (-0,11 %)
     

Ces hackers du service public qui proposent de nouvelles solutions pour lutter contre le Covid

·2 min de lecture

Covidliste, Vite ma dose ou BriserLaChaine, ces initiatives citoyennes, montées par des développeurs proposent des solutions alternatives et rapides aux angles morts du service public laissés par le gouvernement. Elles sont de plus en plus nombreuses depuis le début de la pandémie et face à la lenteur de la stratégie vaccinale.

Covidliste, Vite ma dose ou BriserLaChaine, ces initiatives citoyennes basées sur des algorithmes fascinent les internautes qui pestent contre l’inefficacité des méthodes bureaucratiques pour lutter contre le coronavirus. "Nous avons les compétences et les outils qui permettent aux start-up de trouver des solutions innovantes, grossir vite et gagner des millions d’euros", rappelle Paul Duan, fondateur de l’entreprise sociale Bayes Impact à l’origine de BriserLaChaine. "Nous pouvons démarrer avec peu, faire petit. Le gouvernement est plus lent, a plus d'aversion au risque, il doit faire plus de politique." En avril 2020, son équipe n’est pas convaincue par la méthode de "contact tracing" via le Bluetooth . Elle développe donc en quelques semaines, cette alternative open source qui permet aux personnes contaminées de se signaler au volontariat et prévient ceux qu’elles ont croisé.

La pandémie comme champ d'expérimentation

Dans la même veine, , imaginée par le data scientist , détecte automatiquement les prochains rendez-vous disponibles pour la vaccination dans un département. Les internautes doivent alors se rendre sur Doctolib ou KeldDoc pour prendre rendez-vous. L’initiative a enregistré 1,5 million de recherches dans les douze premiers jours et suscité l’intérêt du ministère de la Santé. Mais le jeune homme est dépité sur Twitter: son programme montre du doigt l’inefficacité de la actuelle via le nombre de rendez-vous en ligne disponibles chaque jour. , fondée par Martin Daniel et Mathieu Ripert, utilise le "machine learning" sur les données des centres de vaccination pour proposer une liste d’attente aux personnes non prioritaires qui souhaitent être vaccinées. Histoire de ne perdre aucune dose. Le 12 avril, ils avaient déjà enregistré 600.000 inscriptions.

Un modèle de partenariat public-privé à imiter

Ces initiatives de "service public citoyen" cherchent à faire des émules. BriserLaChaine a rapidement dépassé l’application gouvernementale StopCovid, rebaptisé[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi