La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 288,89
    +526,32 (+1,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

H&M, Zara... après les scandales, les marques veulent miser sur l'éthique

·1 min de lecture

Ça, c’est du cluster… L’été dernier, le gouvernement britannique décidait de replonger la ville de Leicester dans un confinement strict alors que le reste de l’Angleterre commençait à mieux respirer. Dans cette cité des Midlands de 350.000 habitants, dont une forte proportion originaire du sous-continent indien, l’épidémie de Covid-19 s’était remise à flamber. Après enquête des autorités, l’explication finissait par tomber: au pic de la pandémie, les nombreux ateliers textiles de l’agglomération, plus gros centre de production de fast fashion au Royaume-Uni, ne s’étaient jamais arrêtés de tourner.

Au plus grand profit du groupe Boohoo (2 milliards d’euros de chiffre d’affaires), un géant de la vente en ligne de vêtements à bas prix, coté à Londres et principal donneur d’ordre local. Même contaminés, les ouvriers de ses sous-traitants étaient priés de se présenter au turbin. Faute de quoi ils étaient menacés de perdre leur emploi, en outre très mal rémunéré: à Leicester, certains employés de la confection touchent 3,86 euros de l’heure, soit presque trois fois moins que le minimum légal…

Ce scandale, les autres cadors mondiaux de la mode à petit prix s’en seraient bien passés. De Zara à H&M en passant par Uniqlo, Mango, Primark et consorts, les marques redoutent en effet que de telles affaires ruinent les efforts déployés pour prouver leur attachement au respect de conditions de travail décentes, même à des milliers de kilomètres du siège, ou en faveur de la protection de l’environnement. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CAC 40 : un mois d'août qui s'annonce stable après une semaine forte en émotion
Le Luxembourg inflige une amende salée à Amazon, mis en cause sur les données
Dopée par les colis, La Poste dégage de gros profits
Deliveroo : l'Espagne veut que les livreurs soient salariés, le groupe pourrait quitter le pays !
"Les biotechnologies ouvrent de nombreuses opportunités dans tous les domaines industriels"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles