La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 294,24
    -1 264,03 (-2,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

H&M va sabrer dans l’emploi en Espagne

·1 min de lecture

Vents contraires sur le front de l'emploi, outre-Pyrénées. Le géant suédois de la mode H&M va sabrer en Espagne plus de 1.000 emplois, qui se trouvaient déjà au chômage partiel en raison de la pandémie de Covid-19, a annoncé mardi le syndicat espagnol Commissions ouvrières. Le groupe "a informé aujourd'hui les représentants des salariés du lancement d'un plan de licenciements qui affectera, selon lui, plus de 1.000 personnes" et de la fermeture de 30 magasins, a expliqué le syndicat dans un communiqué.

"H&M passe du chômage partiel aux licenciements de manière injustifiée et disproportionnée", a dénoncé Commissions ouvrières. "Même s'il est vrai qu'il a pu se produire un changement dans les habitudes de consommation, cela ne justifie en aucun cas un tel niveau de licenciements, d'autant plus qu'H&M a bénéficié des nouvelles conditions de financement du chômage partiel introduites par le gouvernement durant la pandémie", a poursuivi le syndicat.

>> A lire aussi - On va pouvoir louer des vêtements chez H&M

L'extension du financement public du chômage partiel a été l'une des principales mesures du gouvernement de gauche de Pedro Sanchez pour limiter l'explosion du chômage provoquée par la crise sanitaire. Son coût est vertigineux pour les finances publiques espagnoles, avec plus de 40 milliards d'euros dépensés depuis le début de la pandémie. Mais ce financement est assorti d'une interdiction de licencier pour les entreprises pendant six mois, sous peine de devoir rembourser les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Credit Suisse : facture (très) salée de l’effondrement d’un fonds spéculatif, la rémunération des dirigeants va baisser !
Pour se venger de son employé démissionnaire, un patron le paie en pièces d'un centime
Facebook : les données de 500 millions d'utilisateurs mises en ligne
Des escape games en ligne, des visioconférences cryptées... les start-up à suivre
Le géant de la crypto Coinbase va débarquer en Bourse le 14 avril