La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    51 640,66
    -1 428,01 (-2,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Hôtellerie-restauration : les propositions du syndicat patronal pour "mettre fin à la pénurie" de salariés

·1 min de lecture

Le secteur de la restauration connaît une véritable crise après la pandémie de Covid-19. Comme Capital l'évoquait fin septembre, plus de 150.000 postes seraient vacants et les professionnels ne parviennent plus à recruter. Alors qu'en salle, les jeunes sont admis plus facilement car ils peuvent être formés, en cuisine, il faut être qualifié, rappelait l'Umih. Face à ce constat, et alors que le gouvernement met la pression, eût égard aux salaires trop bas, le président de la branche des saisonniers de l'Umih, Thierry Grégoire, met en avant des mesures fortes pour répondre aux inquiétudes dans Le Parisien.

Thierry Grégoire, qui est d'ailleurs au cœur des négociations avec les syndicats, fait part dans un premier temps de sa colère face au positionnement de l'État qui présenterait la branche professionnelle comme "des salauds de patrons". "Nous n'avons pas de leçon à recevoir de l'État employeur. Nous ne serons pas pris dans le calendrier électoral de la présidentielle", lâche Thierry Grégoire dans Le Parisien. Critiqué aussi pour avoir une grille dont la rémunération la plus basse est en-dessous du smic, le secteur se défend : les grilles ne sont pas à jour, et la pandémie est passée par là. "Nos salariés sont payés, a minima, au smic, décalés de 1% niveau 1 échelon 1.

>> A lire aussi - Restauration : les pourboires par carte bancaire seront bientôt défiscalisés

Néanmoins, selon Thierry Grégoire, cette difficulté à recruter s'explique par une chose : "une grille salariale obsolète". (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Reconversion : trois mois pour devenir boulanger
Heures supplémentaires : cette décision lourde de conséquences de la Cour de cassation
Télétravail : 7 villages de France où s'installer
Devenir responsable de magasin : formation et salaire
Passionnés de vélo : le secteur recrute

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles