La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 637,19
    +516,91 (+1,61 %)
     
  • Nasdaq

    11 740,65
    +305,91 (+2,68 %)
     
  • Nikkei 225

    26 604,84
    -72,96 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0734
    +0,0049 (+0,46 %)
     
  • HANG SENG

    20 116,20
    -55,07 (-0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    27 484,02
    -314,82 (-1,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    641,75
    -19,40 (-2,93 %)
     
  • S&P 500

    4 057,84
    +79,11 (+1,99 %)
     

Des hôpitaux du Grand Est victimes d'une énorme cyberattaque

Depuis quelques jours, neuf établissements du Groupement hospitalier de territoire Cœur Grand-Est (GHT) subissent les conséquences d’une cyberattaque, avec comme menace, 28,7 Go de données retenues en otage. Ces données sont essentiellement administratives selon le GHT. Cela n’empêche pas les hôpitaux de fonctionner normalement avec des prises en charge des patients qui se poursuivent. La particularité de cet acte de piratage, c'est que les établissements n’ont pas subi les classiques ransomwares qui menacent de paralyser les systèmes informatiques et le fonctionnement d’un hôpital si l’on ne verse pas la rançon demandée. Non, il s’agit d’une méthode assez inédite et malicieuse qu’inaugure un groupe de pirates issus de « l’étranger », comme l’indique le communiqué du GHT. Portant l’appellation de Spy Industrial, ce nouveau groupe de pirates, fait directement commerce des données sur le Darknet.

Une nouvelle méthode vicieuse

Ainsi, pour le moment il en coûte 1,3 million de dollars pour faire l’acquisition de ces données. C’est en tout cas le montant que devrait payer le groupe hospitalier, s’il ne souhaite pas que des personnes mal intentionnées les rachètent. Mais ce n’est pas tout, puisqu’il s’agit d’une offre dite « Premium » temporaire. Les données ne sont disponibles à ce tarif en exclusivité que durant une semaine. Après ces sept jours, si aucun acheteur ne s’est manifesté, alors les informations seront diffusées librement sur le réseau.

Le souci, c’est que les données collectées intègrent bon nombre d’informations personnelles des patients. On trouve ainsi des numéros de Sécurité sociale, des passeports numérisés, des relevés d’identité bancaire, des contrats avec d’autres organisations et des fournisseurs, des dossiers médicaux, des courriers… Dans tous les cas, le groupe hospitalier a annoncé qu’il ne paiera pas la somme demandée. Il y a donc fort à parier que ces données se retrouvent très vite dans la nature et permettent à d’autres groupes de pirates de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles