La bourse est fermée

Les hôpitaux français veulent rattraper leur retard dans l'accueil des patients étrangers

"Il faut arrêter de ressasser le fantasme de l’émir qui réserve une aile de l’hôpital au détriment des patients français !" Jean-Patrick Lajonchère, directeur général du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, qui a été chargé en 2016 d’une mission pour promouvoir l’excellence médicale française à l’international par le ministère des Affaires étrangères, défend son business. L’histoire à laquelle il fait référence date un peu, mais elle a marqué les esprits. En mai 2014, un membre de la famille royale d’Arabie saoudite , pour y loger ses gardes du corps, réservé sept places de parking, fait installer des douchettes dans les toilettes et se faisait livrer des repas de traiteur.

Cette hospitalisation à prix d’or -270.000 euros, d’après Le Canard enchaîné- avait jeté le discrédit sur le marché embryonnaire de l’accueil des patients étrangers, aussi nommé "tourisme médical". Pourtant, les séjours très rentables de chefs d’Etat africains, émirs du Golfe, oligarques russes ou autres VIP du monde entier des soins aux malades étrangers.

Filon sous-exploité en France

Ils sont koweitiens, américains, russes, libanais, algériens ou togolais. Cadres supérieurs de multinationales ou membres des classes sociales aisées. Quinze millions de personnes voyageraient chaque année pour se faire soigner à l’étranger. Le marché est colossal, évalué à 60 milliards de dollars aujourd’hui à l’échelle mondiale. Selon , il pourrait peser 145 milliards de dollars en 2025. Or, selon , l’accueil des patients étrangers ne rapportait alors que 120 millions d’euros à l’Hexagone, contre 2 milliards d’euros en Allemagne. Et le filon reste largement sous-exploité en France.

"Des dizaines de conciergeries médicales ou ‘agences facilitatrices’ s’étaient positionnées sur ce créneau pour organiser des séjours, l’hôtel, les transports, mais la bulle a vite éclaté", reconnaît Elie Moarbes, PDG du Medical Tourism Network, qui a tenu pour la première fois son stand au grand raout du tourisme mondial, IFP[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi