La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 559,57
    -31,22 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 602,41
    -15,94 (-0,44 %)
     
  • Dow Jones

    30 996,98
    -179,03 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2174
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    1 855,50
    -10,40 (-0,56 %)
     
  • BTC-EUR

    26 140,85
    -690,15 (-2,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    651,44
    +41,45 (+6,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    51,98
    -1,15 (-2,16 %)
     
  • DAX

    13 873,97
    -32,70 (-0,24 %)
     
  • FTSE 100

    6 695,07
    -20,35 (-0,30 %)
     
  • Nasdaq

    13 543,06
    +12,15 (+0,09 %)
     
  • S&P 500

    3 841,47
    -11,60 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    28 631,45
    -125,41 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    29 447,85
    -479,91 (-1,60 %)
     
  • GBP/USD

    1,3684
    -0,0046 (-0,34 %)
     

Qui sont les héroïnes du Covid-19

·2 min de lecture

Cette semaine, Challenges donne un coup de projecteur sur les femmes qui ont fait 2020. Aujourd’hui, zoom sur quelques-unes des actrices de la lutte contre le coronavirus qui auront marqué cette année de crise sanitaire.

A Seattle, sur la côte ouest des Etats-Unis, Jennifer Haller a été la première personne à se faire injecter un vaccin anti-Covid sur le territoire américain. C’était le 16 mars et la start-uppeuse de 43 ans avait accepté de tester le vaccin élaboré par la laboratoire Moderna. Neuf mois plus tard, il a été mis à la disposition du grand public, et la première patiente française a été vaccinée ce dimanche 27 décembre…Héroïne de la lutte contre la pandémie, cette entrepreneuse du secteur de la tech a rejoint les centaines de milliers de femmes mobilisées, dans les laboratoires, les hôpitaux ou les Ehpad. Saluées depuis les balcons par une population confinées, ces professionnelles de la santé ont aussi reçu le soutien de stars, telle Lady Gaga mobilisant en avril toute la planète pop-rock pour un concert virtuel géant en faveur du fonds Covid-19 de l’OMS.

Emmanuelle Charpentier, la scientifique de 51 ans qui partage avec l’Américaine Jennifer Doudna le prix Nobel de chimie 2020, était également en phase avec la lutte contre le coronavirus. Cette Française, qui dirige l’Institut Max Planck à Berlin, a découvert en 2011 une technique de modification du génome connue sous le nom de CRISPR-Cas9, qu’elle décrit schématiquement comme des « ciseaux moléculaires » permettant d’extraire ou de modifier des fractions du matériel génétique. « Un outil précis, facile à utiliser et peu coûteux », précise-t-elle.

Une médiatisation à double tranchant

« CRISPR-Cas9 est utilisé pour détecter le coronavirus », a indiqué la scientifique lors d’une conférence de presse téléphonique, en octobre, après l’annonce de l’attribution de son prix. Aux Etats-Unis, deux start-ups, Sherlock Biosciences et Mammoth Biosciences, ont été autorisées à vendre des tests qui utilisent cette méthode. Cette dernière permet d’obtenir un résultat fiable en seulement 30 minutes. Un coup de maître pour Emmanuelle Charpentier qui vient rejoindre le club très restreint des femmes titulaires du Nobel de chimie, Mar[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi