La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 910,01
    -62,86 (-0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2097
    -0,0017 (-0,14 %)
     

Héritage : comment les banques justifient-elles les frais prélevés pour une succession ?

héritage
héritage

« Les banques ne sont que des vautours ! » Un commentaire saignant, parmi d'autres réactions d'internautes, suite aux récurrents articles sur les frais bancaires de succession publiés chaque année à l'approche de la Toussaint. L'illustration des sentiments que peuvent générer ces frais appliqués au décès des clients. MoneyVox publie ce jeudi 27 octobre son baromètre annuel des tarifs bancaires prévus en cas de succession. Principal enseignement : une réduction moyenne de 4%, ce qui reste faible au regard de l'émotion suscitée en juin dernier face à la facturation appliquée pour la clôture du Livret A d'un enfant décédé.

Comment les banques justifient-elles cette facturation ? Sollicitée par MoneyVox en amont de la publication de ce baromètre, la Fédération bancaire française (FBF) renvoie d'une part aux explications fournies sur la brochure de son site Les Clés de la banque. Et la FBF nous a en outre répondu par écrit, au nom de la profession bancaire : « Le décès d'un proche est un moment difficile. Dans ce genre de situation, on n'a pas nécessairement comme premier réflexe de contacter sa banque. Or, c'est pourtant l'un des interlocuteurs à prévenir, car de nombreuses opérations non automatisables, contribuant à la sécurité et la fiabilité de la succession (quel que soit le montant), doivent être faites. »

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Frais de succession : quand la banque vous plombe à votre mort
- Chauffage au bois : allez-vous toucher la prime exceptionnelle de 200 euros ?
- Mutuelle : ce qui vous attend pour le prix de votre complémentaire santé en 2023