Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 211,72
    +210,82 (+0,53 %)
     
  • Nasdaq

    18 472,57
    +74,12 (+0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0897
    -0,0013 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    18 015,94
    -277,44 (-1,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 572,19
    +3 374,08 (+6,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 327,66
    +58,71 (+4,62 %)
     
  • S&P 500

    5 631,22
    +15,87 (+0,28 %)
     

Hélène Karbanov qualifiée pour les JO en gymnastique rythmique

JOSE JORDAN / AFP

Hélène Karbanov, que ressentez-vous, vous avez réalisé une très belle qualification avec une sélection olympique en prime ?
Je suis vraiment heureuse. Je suis heureuse du travail que j’ai fourni et que j’ai pu montrer aujourd’hui (jeudi, ndlr) et hier à Valence. J’ai enfin réussi à faire une belle compétition où je présente bien mes quatre compositions. C’est tout le travail fourni à l’entraînement qu’on voit sur le praticable, le jour J, au moment où il le faut. Aller aux Jeux olympiques c’est comme une récompense de tous mes efforts fournis depuis toute petite dans la gymnastique rythmique.

Qu’est-ce que cela représente d’aller aux JO pour la France sachant que vous n’êtes pas née française ?
Peut-être que je ne suis pas née française, mais pour moi j’ai toujours été française car je suis née en France. J’ai toujours vécu en France, j’ai étudié en France, je suis une pure Française. C’est juste que j’ai la double nationalité maintenant. Je sais parler russe, je parle russe avec mes parents mais pour moi je reste une pure française.

Quel bilan faites-vous de vos passages et qu’attendez-vous pour la finale du concours général samedi ?
En général, je ne dis pas que je suis déçue par un passage. Il y a deux passages où j’ai été un peu plus tendue. Le début du ballon et lors des massues j’étais super concentrée. En même temps, je profitais un maximum, je prenais du plaisir. Je ne retiens que du positif de mes quatre passages dans ces championnats du monde. Samedi, ce que je veux faire c’est profiter encore plus que ces deux derniers jours.

Comment allez-vous organiser votre vie d’étudiante avec les JO en ligne de mire ?
Cette année, j’avais démarré une licence en chimie, sciences de la vie, sciences de la terre, sciences sanitaires et sociales, entièrement en distanciel. Je faisais tout chez moi. Au cours de l’année, j’ai vu que je n’arrivais plus à suivre à cause des entrainements. Début mai, j’ai stoppé. J’ai décidé de reprendre en septembre mais en étalant mon année sur deux ans. Je fais cette licence pour ne pas rester sans rien faire, pour que mon cerveau ait autre chose dans la tête que la gym rythmique. Quand j’arrêterai je ferai des études de médecine. Là, c’est juste un passe-temps.

Article original publié sur RMC Sport