Publicité
Marchés français ouverture 2 h 16 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 714,77
    +68,66 (+0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0852
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    18 665,79
    +56,85 (+0,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 418,63
    -158,55 (-0,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 496,86
    +28,76 (+1,96 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

Guyana: au moins 19 jeunes meurent dans l'incendie d'un dortoir scolaire

KENO GEORGE / AFP

Au moins 19 "jeunes" sont morts au Guyana dans l'incendie d'un dortoir scolaire de filles à Mahdia, une ville minière enclavée de ce petit pays du nord-est de l'Amérique du Sud, dans la nuit de dimanche à lundi.

"Quatorze jeunes sont morts sur place, tandis que cinq sont décédés à l'hôpital du district de Mahdia. Deux enfants sont toujours dans un état critique, tandis que quatre souffrent de graves blessures", selon un communiqué des pompiers lundi.

Ces six blessés "ont été transférés par avion à Georgetown", la capitale, alors que "cinq autres sont toujours hospitalisés à Mahdia et que dix autres sont en observation", selon la même source.

Un précédent bilan, donné par le gouvernement un peu plus tôt, faisait état de "20 morts" dans l'incendie du "dortoir de l'école secondaire de Mahdia", dans le centre du pays.

PUBLICITÉ

Les premiers éléments de l'enquête suggèrent une cause "malveillante". "L'enquête initiale suggère que l'incendie a été allumé de manière malveillante", a affirmé lundi le chef de la police guyanienne Clifton Hicken lors d'un briefing télévisé dans la petite ville minière de Mahdia, lieu du drame, en présence du président guyanien Irfaan Ali.

L'édifice complètement calciné

Le feu, dont l'origine n'est pas connue, s'est déclaré dans le dortoir des filles où logent des jeunes de "11-12 à 16-17 ans", a précisé sous couvert d'anonymat une personne ayant accompagné les secours sur place. L'édifice est complètement calciné avec des murs noircis par les flammes. Le toit en tôle s'est effondré.

Le gouvernement a précisé que cinq avions avaient décollé pour Mahdia afin d'aider les responsables régionaux de la santé à fournir du matériel médical supplémentaire et à procéder à des évacuations sanitaires".

"Le président et d'autres fonctionnaires soutiennent les efforts déployés à Ogle (aéroport de Georgetown) pour accueillir les patients dans un état critique et coordonner un plan d'action d'urgence", a indiqué la même source.

"Un plan d'action d'urgence médicale à grande échelle a été lancé", selon le texte qui "demande de continuer à prier pour ces enfants, leurs familles et leurs communautés".

"Il s'agit d'une catastrophe majeure. C'est horrible, c'est douloureux", avait auparavant déclaré le président Irfaan Ali depuis l'aéroport où il s'était rendu pour attendre les secours.

"Enquête approfondie"

"Nous mettons en place des secours médicaux à grande échelle (...) j'ai également ordonné que des dispositions spéciales soient prises" dans les deux grands hôpitaux de la capitale "afin que chaque enfant qui a besoin d'attention reçoive les meilleurs soins possibles", a-t-il ajouté.

Une source sécuritaire a indiqué à l'AFP sous couvert de l'anonymat qu'il y avait "beaucoup de morts et blessés", soulignant que les victimes étaient des "enfants".

Mahdia est située à 200 km environ au sud de Georgetown. La région est affectée par de fortes pluies.

"Nous sommes de tout coeur avec les familles et les proches de ceux qui ont été touchés par cette tragédie", a déclaré Natasha Singh-Lewis, députée de l'opposition.

"Nous demandons aux autorités de mener une enquête approfondie sur les causes de l'incendie et de fournir un rapport détaillé sur ce qui s'est réellement passé. Nous devons comprendre comment s'est produit cet événement horrible et mortel et prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter qu'une telle tragédie ne se reproduise à l'avenir", a-t-elle ajouté.

Petit pays pauvre anglophone de 800.000 habitants, le Guyana, ancienne colonie néerlandaise puis britannique, dispose des plus grandes réserves mondiales per capita de pétrole et espère un développement rapide dans les années à venir avec l'exploitation de ces réserves qui en est encore à ses débuts.

Les spécialistes estiment que le bassin Guyana-Suriname recèle environ 15 milliards de barils de réserves de pétrole associées à des gisements importants de gaz.

Article original publié sur BFMTV.com