La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 164,50
    -8,30 (-0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Guillaume Pepy, nouveau président à la relance de l’emlyon

AFP/Archives - -

L’ancien patron de la SNCF est nommé président du conseil de surveillance de la business school lyonnaise récemment critiquée par un rapport de la Chambre régionale des comptes. L'école change aussi d'actionnaire avec l'arrivée de Galileo Global Education.

Il pourrait paraître osé de faire le parallèle avec son parachutage, en juillet, à la tête du conseil d’administration d’Orpea, le groupe privé de maisons de retraite en pleine tourmente judiciaire et économique. Mais la nomination de Guillaume Pepy, le 23 novembre, à la présidence du conseil de surveillance de l’emlyon illustre bien la volonté de remise en ordre, voire de rupture, de l’école de commerce, alors qu’un rapport récent de la Chambre régionale des comptes (CRC) a conduit à un signalement au parquet de Lyon. Une enquête est ouverte pour des faits présumés de favoritisme, recel et abus de confiance. "Il s’agit d’une nouvelle phase, confirme Guillaume Pepy, pour en faire une école de référence en Europe." Quatre ans après son changement de statut, d’établissement consulaire à société anonyme, la business school doit rebâtir ses fondations fragilisées par des crises à répétition.

La privatisation de l'école a provoqué une série de crises

En effet, depuis l’ouverture du capital au fonds Qualium Investissement et à Bpifrance en 2019, l’établissement s’est affaibli. Sur le plan de la gouvernance, le passage de témoin entre Bernard Belletante à Tawhid Chtioui à la direction générale a tourné au fiasco et Isabelle Huault, la présidente de l’université Dauphine Paris a été appelée à la rescousse. "Une femme courageuse et ambitieuse pour l’emlyon", insiste Guillaume Pepy. Par ailleurs, le rapport de la CRC a montré que la Chambre de commerce, bien que possédant 67% du capital de l’école, n’avait plus la majorité des voix au conseil de surveillance. Elle appartient aux fonds d’investissement dont les représentants se partageaient les jetons de présence.

Sur le plan académique, la business school a aussi pâti de cette urgence à augmenter les profits pour attirer des actionnaires. L’autorisation de l’emlyon à délivrer le grade de master a été réduite de 5 à 3 ans. L’école s’était aussi fait rappeler à l’ordre en 2019 sur les conditions de recrutement des élèves admis[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi