La bourse ferme dans 31 min
  • CAC 40

    5 809,05
    -0,68 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 698,18
    -9,54 (-0,26 %)
     
  • Dow Jones

    31 476,87
    +85,35 (+0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2077
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 707,80
    -25,80 (-1,49 %)
     
  • BTC-EUR

    41 987,38
    +1 126,76 (+2,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 015,64
    +27,54 (+2,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,40
    +1,65 (+2,76 %)
     
  • DAX

    14 014,32
    -25,48 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    6 643,68
    +29,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    13 230,74
    -128,05 (-0,96 %)
     
  • S&P 500

    3 857,25
    -13,04 (-0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3973
    +0,0017 (+0,12 %)
     

Guillaume Pepy : "Le dimanche est une journée à inventer"

·1 min de lecture

Guillaume Pepy a dit oui. Lui, un des meilleurs "clients" des médias dans la catégorie PDG. Un des plus connus aussi. Des cheveux blancs coupés très court, un sourire qui s'ouvre sur les dents de la chance et une audience maximale pendant onze ans et demi en tant que patron de la SNCF, quittée le 31 octobre 2019. Il a dit oui pour parler de ses dimanches. Et fendre enfin l'armure qui le protège? Pas si vite. "On ne parlera pas de ma vie privée", prévient-il. Du dimanche et rien d'autre. Un jour longtemps honni, subi. "Celui des croyants a un but ; pour les autres, c'est une journée à construire, pose-t‑il. Enfant, c'était pour moi le jour des révisions avant le redouté lundi. A la SNCF, celui où je préparais ma semaine."

Membre d'une fratrie de quatre, Pepy a grandi dans une famille parisienne "post-soixante-huitarde assumée" où les enfants étaient sommés d'être autonomes. "Après les devoirs, je faisais des incursions dans la grande bibliothèque de mes parents et j'essayais de lire les histoires d'amour tristes d'Alberto Moravia ou des œuvres de Julien Green dont je comprenais un mot sur deux, mais en me disant que j'allais grandir plus vite", raconte-t‑il. Dans sa nouvelle vie, les dimanches sont nettement plus ouverts. "Je bosse toujours mais différemment et, surtout, c'est une journée que j'ai plaisir à inventer pour apprendre des choses nouvelles."

Cahiers noirs

L'ex-premier cheminot de France, 62 ans, s'est empressé de combler son agenda et de noircir de nouveaux carnets...


Lire la suite sur LeJDD