La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 286,11
    +966,17 (+2,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Guillaume Canet : "J’ai découvert en moi un double qui me tirait vers le bas"

·2 min de lecture

Entre deux femmes, son cœur balance… mais pas en vrai ! Dans «Lui», le nouveau film qu’il a réalisé, c’est une des seules situations qui ne colle pas à sa vie. Comme dans ses six autres longs-métrages, Guillaume Canet se raconte. Mieux, il se psychanalyse. L’acteur-metteur en scène-scénariste-producteur nous plonge dans les méandres de ses peurs et de ses souffrances. Sous son costume d’homme-orchestre à qui tout réussit se cache un grand torturé qui va beaucoup mieux depuis qu’il a vidé son sac

Guillaume Canet a beaucoup donné l’image du type doué, beau gosse, bien dans sa peau, à qui tout sourit. Heureux, forcément. Avec son nouveau film, on comprend que le tableau n’est pas si idyllique. « Je me suis toujours noyé dans le travail pour éviter de m’interroger sur mon mal-être. C’était reculer pour mieux sauter. » État des lieux établi durant le premier confinement… « J’ai découvert en moi un double qui me tirait vers le bas, me mettait dans le doute et me rendait nerveux. Ça ne datait pas d’hier mais je pensais que c’était dû au surmenage, à la fatigue. J’ai fini par accepter qu’il y avait autre chose, un autre moi. »

Lire aussi:Guillaume Canet: "J’ai plutôt l’impression de déranger"

De ce constat est né « Lui », thriller psychanalytique, un brin schizo, dans lequel il règle ses comptes avec lui-même. « Ce n’est pas une autobiographie, prévient son ami Alain Attal, producteur de tous ses films depuis plus de vingt ans. Mais quand on le connaît bien, on identifie parfaitement ses peurs, ses souffrances et ses paranos. Ce double personnalise les démons qu’il combat. Il a pu pâtir de problèmes physiques à cause d’émotions exacerbées, de sa débauche d’énergie. Il s’en est même rendu malade : problèmes de paralysie faciale ou, avant “Les petits mouchoirs”, septicémie. Quand ça bouillonne trop dans la tête, il faut que ça sorte par le corps. » Ou sur grand écran.

Lire aussi:Marion Cotillard, sa belle déclaration au sujet de Guillaume Canet

Guillaume et son alter ego trouble. Deux Canet pour le prix d’un. L’autre, il le définit comme un « connard malfaisant », responsable des pulsions qui l’empêchaient de se réjouir quand il aurait dû le faire, le laissant envahi d’une tristesse limite dépressive, dont il ne(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles