La bourse ferme dans 3 h 37 min
  • CAC 40

    6 337,83
    -24,85 (-0,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 679,75
    -23,67 (-0,64 %)
     
  • Dow Jones

    32 196,66
    +466,36 (+1,47 %)
     
  • EUR/USD

    1,0425
    +0,0009 (+0,08 %)
     
  • Gold future

    1 798,60
    -9,60 (-0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    28 748,72
    -425,51 (-1,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    671,60
    -9,51 (-1,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    109,29
    -1,20 (-1,09 %)
     
  • DAX

    13 937,70
    -90,23 (-0,64 %)
     
  • FTSE 100

    7 414,99
    -3,16 (-0,04 %)
     
  • Nasdaq

    11 805,00
    +434,00 (+3,82 %)
     
  • S&P 500

    4 023,89
    +93,81 (+2,39 %)
     
  • Nikkei 225

    26 547,05
    +119,40 (+0,45 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • GBP/USD

    1,2258
    -0,0004 (-0,03 %)
     

Guerre en Ukraine : le Royaume-Uni s’organise pour chasser les trolls russes sur les réseaux sociaux

On appelle cela la guerre hybride menée par la Russie de Poutine, et parmi ses armes il y a les armées de trolls qui œuvrent sur les réseaux sociaux. La mission de ces faux comptes sur Twitter, Facebook, Telegram, TickTock, Instagram ou YouTube : asséner des éléments narratifs allant dans le sens voulu par le Kremlin. Peu importe la crédibilité des publications, l’idée consiste à générer un bruit de fond qui va permettre d’instiller le doute.

Avec la guerre en Ukraine, ce que l’on appelle « les fermes à trolls » tourne à plein régime. Les bâtiments de ces « fermes » appartenant à l’Internet Research Agency, Futura les avait déjà vus à Saint-Pétersbourg en Russie fin 2019. Elles œuvraient déjà depuis 2014 pour accompagner la guerre dans le Donbass et l’annexion de la Crimée par la Russie. On a également retrouvé ces trolls aux manettes dans à peu près toutes les élections majeures, que ce soit aux États-Unis en 2016, en France pour les présidentielles de 2017, ou dans les autres pays de l’Union européenne. Privées des plateformes comme RT ou Sputnik qui leur permettaient d’alimenter sournoisement leurs publications, elles sont désormais obligées d’attaquer plus frontalement leurs cibles. Plus précisément, les trolls ne créent plus vraiment de contenus, mais répondent en commentaire à des publications. Une technique qui leur permet de passer sous le radar de la détection des fake news par les réseaux sociaux. Aujourd’hui, leur sujet de prédilection est évidemment la guerre en Ukraine, appelée opération militaire spéciale en Russie. Selon les informations collectées par le gouvernement britannique, ils bénéficieraient d'une nouvelle infrastructure située dans une ancienne usine, toujours à Saint-Pétersbourg.

Les fermes à trolls ne sont pas une nouveauté. En 2013, les salariés de la première ferme à trolls identifiée à Saint-Pétersbourg œuvraient dans ce bâtiment qui est désormais inutilisé. © Wikipedia

Le groupe de Métal Rammstein ciblé par les trolls russes

Les trolls...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles