La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 129,18
    -96,56 (-0,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Guerre en Ukraine: pourra-t-elle s'achever en 2023?

© Illustration The Economist

SUPPLEMENT. 2023, Le monde qui vient (2/53). L'issue de la guerre est incertaine, mais Kiev a pris un avantage durable sur le champ de bataille. Voici cinq pistes probables vers la paix.

Nul ne peut prédire quand ni comment se terminera l'invasion russe de l'Ukraine. Mais des mois de combats ont tracé cinq pistes dans le sol ukrainien qui, un jour, convergeront vers la paix. Même en tenant compte des incertitudes de la guerre, la meilleure façon d'évaluer l'avenir est de suivre leurs trajectoires.

La première piste est l'avantage durable de l'Ukraine sur le champ de bataille. La Russie, qui est plus de trois fois plus peuplée que sa voisine, s'efforce de détruire les infrastructures ukrainiennes et de saper le fonctionnement du pays. Mais Vladimir Poutine aura du mal à former, équiper et approvisionner une armée capable d'occuper les quatre provinces qu'il a annexées. Plus il contraint des Russes réticents à partir au combat, plus il y aura de cadavres dont il lui faudra rendre des comptes, et plus ses difficultés s'accroîtront.

L'Ukraine, au contraire, bénéficie de troupes motivées et d'officiers rompus au combat, approvisionnés en armes et en renseignements par les pays de l'Otan. Après avoir affaibli les positions défensives russes au sud et dans la région du Donbass, peut-être les forces ukrainiennes réitéreront-elles les saisies éclair de territoires occupés qu'elles ont accomplies en septembre et octobre dans l'est et le sud? Même si ce n'était pas le cas, elles poursuivront leur lente avancée.

Soutien occidental

La dynamique offensive ne suffira pas à elle seule à gagner la guerre, mais elle est la condition première de tout le reste, notamment de la deuxième piste: un ferme soutien occidental aux efforts ukrainiens. Vladimir Poutine avait estimé que l'Occident abandonnerait l'Ukraine à son sort ou, à tout le moins, la contraindrait à accepter une paix désavantageuse.

Il a donc tenté de riposter à ses revers sur le champ de bataille en coupant les livraisons de gaz à l'Europe et en mettant en garde contre les risques d'affrontement nucléaire. Ces menaces se sont retournées contre lui en convainquant les gouvernements occidentaux qu'il serait [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi