Publicité
La bourse ferme dans 3 h 2 min
  • CAC 40

    7 629,41
    +58,60 (+0,77 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 911,51
    +20,05 (+0,41 %)
     
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,0935
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • Gold future

    2 470,40
    +10,50 (+0,43 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 283,91
    -28,83 (-0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 346,77
    +17,27 (+1,30 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,76
    -0,09 (-0,11 %)
     
  • DAX

    18 486,22
    +48,92 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,82
    +50,36 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     
  • Nikkei 225

    40 126,35
    -971,34 (-2,36 %)
     
  • HANG SENG

    17 778,41
    +39,00 (+0,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2984
    -0,0025 (-0,19 %)
     

Guerre en Ukraine : l'ambassadeur ukrainien fustige Nicolas Sarkozy après sa sortie controversée

Chesnot / Getty Images

"Inacceptables", c'est en ces termes que Vadym Omelchenko, représentant de Kiev en France, a jugé les récents propos de Nicolas Sarkozy sur l'Ukraine. Dans un entretien au Figaro, publié le 16 août dernier, l'ex-Président avait estimé que l'Ukraine devait rester "neutre" et s'était prononcé contre son entrée dans l'Union européenne et dans l'Otan. "L'Ukraine est un trait d'union entre l'ouest et l'est, il faut qu'elle le reste", avait-il lancé.

Une sortie très mal accueillie du côté de Kiev. Dans les colonnes de Ouest-France, l'ambassadeur d'Ukraine en France n'a pas manqué de réagir à la prise de position de Nicolas Sarkozy, estimant ses "propos pas acceptables, tant dans leur forme que sur le fond". Le représentant ukrainien va même plus loin, en avançant de probables poursuites judiciaires. "Je ne serais pas surpris que le Procureur général d’Ukraine s’intéresse aux propos tenus pour voir s’il y a des éléments constitutifs d’un crime (au regard de la loi ukrainienne, NDLR)", a-t-il indiqué dans les colonnes du quotidien régional.

Pour Vadym Omelchenko, la sortie de Nicolas Sarkozy n'est rien d'autre qu'une "opération de communication synchronisée" avec la Russie. "Les relations de Nicolas Sarkozy avec la Russie sont rappelées. (...) On voit que ces propos ont coïncidé avec des propos du même type ailleurs en Europe", s'étonne-t-il encore. Comme le rappelle BFMTV, l'ancien chef de l'État est au centre d'une enquête du Parquet national financier (PNF) pour "trafic d'influence" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite