Publicité
La bourse ferme dans 1 h 14 min
  • CAC 40

    7 963,30
    -94,50 (-1,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 977,53
    -52,82 (-1,05 %)
     
  • Dow Jones

    38 525,69
    -327,17 (-0,84 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    2 344,60
    -11,90 (-0,50 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 612,84
    -155,82 (-0,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 460,64
    -24,06 (-1,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,79
    -0,04 (-0,05 %)
     
  • DAX

    18 511,88
    -165,99 (-0,89 %)
     
  • FTSE 100

    8 201,52
    -52,66 (-0,64 %)
     
  • Nasdaq

    16 953,78
    -66,10 (-0,39 %)
     
  • S&P 500

    5 274,63
    -31,41 (-0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    38 556,87
    -298,50 (-0,77 %)
     
  • HANG SENG

    18 477,01
    -344,15 (-1,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,2736
    -0,0027 (-0,22 %)
     

Guerre en Ukraine : le groupe Wagner, dans l'ombre du Kremlin

Guerre en Ukraine : le groupe Wagner, dans l'ombre du Kremlin

"C'est un groupe de mercenaires criminels, c'est ainsi qu'on l'appelle objectivement, qui est l'assurance-vie des régimes défaillants ou putschistes, dont le rôle et le but sont de protéger les régimes défaillants et putschistes".

C'est ainsi que le président français Emmanuel Macron a répondu lorsqu'il a été interrogé sur le groupe Wagner lors d'une conférence de presse en février dernier.

"M. Prigojine, qui dirige ce groupe, est, à mon avis, un criminel de guerre", a ajouté Merrick Garland, procureur général des États-Unis, devant la commission judiciaire du Sénat le 1er mars. "Il est peut-être inapproprié pour moi de dire cela en tant que juge avant d'avoir toutes les preuves, mais je pense que nous avons plus que suffisamment de preuves à ce stade pour que je puisse le dire."

Mais qu'est-ce que le groupe Wagner ? Qui est derrière son patron, Evgueni Prigojine ? Et quelles sont ses relations avec le Kremlin ? Euronews a posé la question à Samuel Ramani, membre associé du Royal United Services Institute (RUSI).

Plus de 80 % de ses membres sont des criminels condamnés

Fondé en Russie en 2013, le groupe Wagner est censé être une société militaire privée, "mais en réalité, il s'agit d'une extension de facto des organes et appareils de sécurité russes, en particulier la principale direction du renseignement", explique Samuel Ramani.

PUBLICITÉ

Plus de 80 % de ses membres sont des condamnés, recrutés dans les prisons, et les autres sont des mercenaires. Les experts de l'ONU dénoncent l'utilisation de moyens de pression par les recruteurs de Wagner.

"Le centre d'entraînement est très proche de la base du GRU (service de renseignement militaire russe)", explique Samuel Ramani. "C'est donc très intéressant, car cela montre les liens qui existent peut-être entre les services de renseignement russes et le groupe Wagner."

"Une extension de facto des organes et appareils de sécurité russes"

Les soldats du groupe Wagner sont déployés dans plusieurs pays où les intérêts de la Russie sont en jeu.

"En commençant par le Donbass, puis la Syrie et la Libye, énumère Samuel Ramani, et ensuite dans de nombreuses zones de conflit en Afrique subsaharienne, comme le Mozambique, le Mali et la République africaine."

euronews
Les pays où la présence du groupe Wagner a été constatée - euronews

Son implication en Crimée a été reconnue pour la première fois

Les États-Unis estiment que Wagner a quelque 50 000 soldats qui combattent en Ukraine.

"Mais les lourdes pertes subies à Bakhmout, ainsi que la rareté du recrutement de prisonniers et le succès incertain de ses autres efforts de recrutement, ont probablement diminué ce nombre", estime Samuel Ramani.

Après des années de déni, Evgueni Prigojine a admis être derrière le groupe et semble participer activement aux vidéos des combats en Ukraine.

Le chef du groupe Wagner : de la prison au Kremlin

Evgueni Prigojine est un oligarque de Saint-Pétersbourg qui a connu une réussite peu commune.

Dans les années 1980, il a été incarcéré dans une prison soviétique après avoir été arrêté pour vol à main armée. Dans les années 1990, il était responsable du service de restauration du Kremlin. La façon dont il s'est retrouvé là est un autre rebondissement improbable de l'intrigue.

À sa sortie de prison, il a commencé à travailler avec son beau-père comme colporteur de hot-dogs, activité qu'il a transformée en service de restauration et en un restaurant appelé New Island à Saint-Pétersbourg, fréquenté par les élites de la ville, dont Vladimir Poutine, qui était alors le bras droit du maire de la ville.

Aujourd'hui, celui que l'on surnomme le "chef de Poutine" possède des entreprises dans les secteurs de l'audiovisuel, de l'exploitation minière, du conseil et de l'armée. Une ascension fulgurante.

Selon Samuel Ramani, ce pouvoir est inextricablement lié à sa longue relation avec Vladimir Poutine. Evgueni Prigojine contrôle des actifs miniers assez lucratifs en Afrique - or et diamants - mais il ne contrôle pas le type d'entreprises publiques officiellement reconnues que possèdent la plupart des autres oligarques.

Des ennemis dans les hautes sphères de l'armée

Mais tout n'est pas rose pour Evgueni Prigojine. Il a des rivaux parmi les hauts gradés de l'armée russe, comme Valery Gerasimov, chef de l'état-major général des forces armées russes et architecte de la guerre en Ukraine.

AP/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.
Evgueni Prigojine et Vladimir Poutine, en novembre 2011 - AP/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.

"Prigojine aime à dire qu'il dirige très efficacement une armée au sein d'une armée. Il a des jets, des défenses antimissiles, des munitions et divers types d'artillerie", explique Samuel Ramani. "Mais en fait, il est de plus en plus dépendant de l'extérieur."

Il ajoute : "Je ne pense donc pas que Prigojine joue un rôle très important en termes de stratégie de première ligne dans la prise de décision en dehors du contexte de Donetsk".

Vient ensuite la question du financement. Le Pentagone estime que le patron de Wagner dépense 100 millions de dollars (environ 90 millions d'euros) par mois pour entretenir la force mercenaire.

Un secret de polichinelle en Russie

Jusqu'à l'année dernière, la majorité de la société russe n'avait que très peu entendu parler du groupe Wagner. Samuel Ramani explique que cela est dû en partie à la censure des médias du pays, mais la situation est en train de changer.

"Je pense que parmi les partisans acharnés de la guerre, on considère qu'une organisation patriotique et des révolutions ou toute croisade contre les oligarques sont vues d'un très bon œil, car les oligarques sont très impopulaires auprès de la grande majorité de la population", souligne Samuel Ramani.

Les soldats de Wagner ont été accusés de crimes de guerre tels que la torture et le viol dans les régions où ils ont été déployés.

Mais ceux qui choisissent de vivre en Russie et d'y rester de manière permanente auront probablement beaucoup de mal à être poursuivis en personne, car la Russie n'est pas partie à la Cour pénale internationale (CPI), rappelle Samuel Ramani, et a pour politique de ne pas extrader ses citoyens vers ces instances internationales ou vers des tribunaux ukrainiens ou occidentaux.

Et bien que Vladimir Poutine ne soutienne pas officiellement le groupe Wagner, la Douma d'État a récemment adopté un projet de loi qui punirait d'une peine pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison toute personne surprise en train de "discréditer" les groupes de volontaires qui se battent en Ukraine.