Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 010,83
    -12,91 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 955,01
    -11,67 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,84 (-1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    -0,0085 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    2 360,20
    -12,50 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 846,30
    -2 943,30 (-4,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,45
    +0,43 (+0,51 %)
     
  • DAX

    17 930,32
    -24,16 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 995,58
    +71,78 (+0,91 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,10 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2451
    -0,0104 (-0,83 %)
     

Guerre en Ukraine : la France n’« exclut pas » des réquisitions dans l'industrie de l'armement

Blondet Eliot

« Produire plus » de matériel militaire et « plus vite » : c'est ainsi que doit se traduire l'« économie de guerre » prônée par le gouvernement français, afin de soutenir l'Ukraine face à l'invasion russe.

Ce 26 mars, le ministre des Armées a suggéré des pistes concrètes pour accélérer cette dynamique : « Pour la première fois, je n'exclus pas d'utiliser ce que la loi permet au ministre et au délégué général pour l'armement de faire, c'est-à-dire si le compte n'y était pas en matière de cadence et de délais de production, de faire des réquisitions le cas échéant ou de faire jouer le droit de priorisation », a déclaré Sébastien Lecornu, selon des propos cités par l'AFP, formulés lors d'une conférence de presse en présence de tous les chefs d'état-major.

À lire aussi Guerre en Ukraine : le Kremlin reconnaît que la Russie est en « état de guerre »

Selon l'agence de presse, le gouvernement presse l'industrie de l'armement français d'accélérer et augmenter sa production pour assurer dans la durée le soutien de Paris à Kiev, mais également pour répondre aux besoins de l'armée française.

PUBLICITÉ

Les réquisitions, a précisé Sébastien Lecornu, ne constituent pas actuellement un « outil prioritaire », mais restent une option permise par la Loi de programmation militaire (LPM) adoptée l'automne dernier. Elles peuvent concerner des personnels, des stocks ou des outils de production, afin de les consacrer à la production de matériels militaires, selon les précisions du ministre.

Au...


Lire la suite sur LeJDD