La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 677,64
    +30,33 (+0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 942,62
    +21,35 (+0,54 %)
     
  • Dow Jones

    33 517,70
    -263,78 (-0,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,0537
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    1 808,70
    +7,20 (+0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 251,70
    -195,44 (-1,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    402,79
    -3,45 (-0,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,04 (+0,06 %)
     
  • DAX

    14 370,72
    +106,16 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 476,63
    +4,46 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 020,71
    -61,30 (-0,55 %)
     
  • S&P 500

    3 938,53
    -24,98 (-0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2259
    +0,0021 (+0,18 %)
     

Guerre en Ukraine : une facture vertigineuse pour la croissance en 2023, selon l'OCDE

Pixabay

La guerre en Ukraine n'en finit pas de peser sur la croissance de l'économie mondiale. Alors que les retombées du conflit avec la Russie sont plus durables que prévu, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a sabré ses prévisions de PIB pour 2023. Et la note est particulièrement salée pour l'Europe ! "Le monde paie un prix très élevé à l'agression russe en Ukraine. Les ménages et les entreprises souffrent", relève le secrétaire général de l'OCDE, Mathias Cormann, soulignant que "le fardeau des prix plus élevés de l'énergie et du gaz ainsi que la politique de zéro Covid en Chine impliquent une croissance plus faible et une inflation plus élevée et persistante".

L'absence d'accalmie sur le terrain au huitième mois de l'invasion russe en Ukraine, symbolisée par la récente mobilisation de réservistes par Moscou, incite l'organisation internationale basée à Paris au pessimisme. Dans son rapport trimestriel, intitulé "payer le prix de la guerre", l'OCDE prévoit qu'après une année 2022 éprouvante, surtout en raison de la flambée inflationniste, "la croissance mondiale devrait continuer à s'affaiblir en 2023". L'OCDE table sur une progression du PIB mondial de 2,2% contre 2,8% attendus en juin, bien qu'elle ait maintenu sa prévision pour 2022 à 3% après l'avoir nettement réduite ces derniers mois.

"Les pressions inflationnistes sont de plus en plus généralisées, la hausse des prix de l'énergie, des transports et d'autres coûts se répercutant sur les prix", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

TotalEnergies : les salariés français du groupe en grève pour les salaires
Camaïeu : l'actionnaire demande une "avance de l'État" pour éviter la liquidation
Sa facture d'électricité explose, une boulangerie forcée de fermer ses portes
La livre Sterling (GBP) en perdition, la descente aux enfers va-t-elle se poursuivre ? Le conseil Bourse
Une récession de l'économie suffira-t-elle à terrasser l’inflation ? Le conseil Bourse