La bourse ferme dans 8 h 14 min
  • CAC 40

    6 517,67
    -6,77 (-0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 751,21
    -6,01 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    32 832,54
    +29,04 (+0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0201
    +0,0006 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    1 802,20
    -3,00 (-0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    23 419,73
    -52,80 (-0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    558,32
    +15,45 (+2,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,22
    -0,54 (-0,59 %)
     
  • DAX

    13 687,69
    +113,76 (+0,84 %)
     
  • FTSE 100

    7 483,29
    +0,92 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    12 644,46
    -13,14 (-0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 140,06
    -5,13 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 999,96
    -249,28 (-0,88 %)
     
  • HANG SENG

    20 050,04
    +4,27 (+0,02 %)
     
  • GBP/USD

    1,2073
    -0,0008 (-0,07 %)
     

Guerre en Ukraine : Dmitri Medvedev, de la diplomatie russe aux discours provocateurs

DECRYPTAGE - Il n’y a plus de place pour la nuance dans les prises de parole des hommes de pouvoir russes, mais Dmitri Medvedev a, en réalité, toujours fait partie de la frange réactionnaire de la politique

Parfois, ce n’est pas Vladimir Poutine qui tient les paroles les plus dures à Moscou. Les hauts responsables proches du Kremlin le font pour lui. Récemment, Dmitri Medvedev, actuel vice-président du puissant Conseil de sécurité russe, a balancé plusieurs diatribes d’une violence rare. Pourtant, on se souvient d’un ancien président puis Premier ministre plutôt nuancé, notamment concernant les Etats-Unis et l’Occident en général.

Mais depuis le lancement de la guerre en Ukraine, il se refait une santé sur la scène politique intérieure. Un message remettant en question la souveraineté d’ex-républiques soviétiques, affirmant notamment que « tous les peuples qui habitaient autrefois la grande et puissante URSS vivront à nouveau ensemble, dans l’amitié », est apparu mardi dernier sur sa page officielle sur le réseau VKontakte (VK), équivalent russe de Facebook. Le haut dirigeant a ensuite effacé le message assurant qu’il avait été piraté. Deux mois auparavant, le 7 juin, Dmitri Medvedev a écrit sur la messagerie Telegram : « Je les déteste. Ce sont des bâtards et des dégénérés. Ils veulent la mort pour nous, pour la Russie. Et tant que je vivrai, je ferai tout pour les faire disparaître », sans préciser qui était précisém(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Guerre en Ukraine : La Suède et la Finlande se rapprochent de l'Otan, les céréales ukrainiennes du Liban
Guerre en Ukraine : Le régiment Azov désigné « organisation terroriste » par la justice russe

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles