La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 809,18
    -169,39 (-1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Guerre en Ukraine, Covid... Le monde ne reprendra pas "comme si de rien n'était", estime la BERD

EBRD/Dermot Doorly / Wikimedia Commons

Afflux massif de réfugiés, économies chamboulées: le monde ne reprendra pas son cours "comme si de rien n'était" après la pandémie et les conséquences de la guerre en Ukraine, a prévenu mardi 22 novembre la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd). Une telle conjonction d'événements, qui aurait déjà été difficile à gérer pour les gouvernements ou les entreprises si elle s'était étalée sur une décennie, "s'est produite en l'espace de seulement trois ans", relève Beata Javorcik, économiste en chef à la Berd. "Et avec la perspective de nouvelles turbulences à venir, il est clair qu'il n'y aura pas de retour, comme si de rien n'était, aux affaires de la période pré-pandémie", poursuit-elle, citée dans un rapport de la Berd publié mardi.

L'organisation basée à Londres, fondée en 1991 pour aider les pays de l'ex-bloc soviétique à passer à une économie de marché, a depuis étendu son périmètre pour inclure des pays du Moyen-Orient, d'Asie centrale et d'Afrique du Nord. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a entraîné "le plus grand déplacement forcé de personnes en Europe depuis les années 1940", relève la Berd dans son rapport intitulé "Business Unusual" (affaires inhabituelles). Cependant, l'afflux de réfugiés ukrainiens a aussi "le potentiel d'augmenter la main-d'oeuvre de l'Union européenne d'environ 0,5% d'ici la fin de 2022", ajoute l'organisation. "Cela pourrait atténuer certaines pénuries de travailleurs dans les économies européennes, qui vieillissent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Claude Guéant condamné à six mois de prison ferme aménagés pour escroquerie de frais de campagne
Jackpot de l’Euromillions : ils cachaient le ticket gagnant hors de leur maison
Un agent du fisc tué à coups de couteau dans le cadre d'un contrôle fiscal
La durée d'indemnisation des demandeurs d’emploi va baisser, pourquoi la surtaxe sur les résidences secondaires va être étendue… Le flash éco du jour
Eté 2022 : un excès de mortalité estimé à plus de 10.000 décès en raison des canicules et du Covid